Le jour d'après - Satoshi Nakamoto disparaît, Bitcoin ...

Satoshi Nakaboto: ‘Grayscale saw Wall Street pour into Bitcoin in 2019’

submitted by Ranzware to Ranzware [link] [comments]

Bitcoin History Part 21: Miners Pour One out for Satoshi

Bitcoin History Part 21: Miners Pour One out for Satoshi submitted by ThrillerPodcast to thrillerpodcast [link] [comments]

Bitcoin History Part 21: Miners Pour One out for Satoshi

Bitcoin History Part 21: Miners Pour One out for Satoshi submitted by leftok to atbitcoin [link] [comments]

Bitcoin History Part 21: Miners Pour One out for Satoshi

Bitcoin History Part 21: Miners Pour One out for Satoshi submitted by n4bb to CoinPath [link] [comments]

Bitcoin History Part 21: Miners Pour One out for Satoshi

Bitcoin History Part 21: Miners Pour One out for Satoshi submitted by raaner12 to Altcoinss [link] [comments]

Satoshi Nakamoto 'wannabe' et Craig Wright en pourparlers pour régler une poursuite de plusieurs milliards de dollars en Bitcoin

Satoshi Nakamoto 'wannabe' et Craig Wright en pourparlers pour régler une poursuite de plusieurs milliards de dollars en Bitcoin submitted by Levigilantfr to u/Levigilantfr [link] [comments]

Bitcoin BOT. Script for accumulating satoshi. Bitcoin BOT-le script pour recueillir satoshi. Bitcoin

Bitcoin BOT. Script for accumulating satoshi. Bitcoin BOT-le script pour recueillir satoshi. Bitcoin submitted by ososru to Bitcoin4free [link] [comments]

Bitcoin BOT. Script for accumulating satoshi. Bitcoin BOT-le script pour recueillir satoshi. Bitcoin

Bitcoin BOT. Script for accumulating satoshi. Bitcoin BOT-le script pour recueillir satoshi. Bitcoin submitted by Hellterskelt to bitcoin_is_dead [link] [comments]

Bitcoin BOT. Script for accumulating satoshi. Bitcoin BOT-le script pour recueillir satoshi. Bitcoin

Bitcoin BOT. Script for accumulating satoshi. Bitcoin BOT-le script pour recueillir satoshi. Bitcoin submitted by Rufflenator to 3bitcoins [link] [comments]

Elon Musk is Satoshi Nakamoto, the creator of Bitcoin, and had been buying Tesla shares with his Bitcoin, leading to the recent, astronomical rise in Tesla’s share price

Some people may know that Elon musk made his initial fortune off of PayPal in the late 90s and early 2000s. What people may not realize is that when he sold he was required to sign a non compete which prevents him from working for or starting another electronic payments company.
As many know, “Satoshi Nakamoto” is the fake name of the man who created bitcoin (no one knows who he is). Last people checked, Satoshi has roughly $8billion in bitcoin left.
Tesla’s stock price has risen 500% since the beginning of the year, with people scooping it up like crazy... they recently split the stock 5:1 to make it more affordable. People have assumed that the rise is due to retail investors pouring in, but there have been some super weird/interesting large blocks being bought up if you look at the price action. I’m talking much more than just retail investors. What if Elon has been using his BTC in order to buy up massive amounts of shares, which has bid up the share price and given him more control of the company (he actually doesn’t have voting control like Bezos).
Edit: Elon is using Tesla to make it traceable and bring the money back into circulation since he’s unable to spend $8billion in BTC.
submitted by thetagang4lyfe to conspiracy [link] [comments]

Voici LA chronique à découvrir, intitulée: La guerre contre Bitcoin. Idéal pour comprendre certains tenants et aboutissants

Voici LA chronique à découvrir, intitulée: La guerre contre Bitcoin. Idéal pour comprendre certains tenants et aboutissants… Bonne découverte.
La guerre contre Bitcoin
Bitcoin est peut-être le meilleur outil de liberté économique de cette génération, et peut-être depuis plusieurs générations. Malheureusement, Bitcoin a été furieusement étouffé par une guerre civile brutale depuis environ cinq ans maintenant; menée par des ingénieurs sociaux professionnels de certaines des entreprises les plus puissantes de l'espace des médias sociaux. Leur talent dans l'art et la science de la manipulation a permis aux "Bitcoiners" de se battre largement entre eux plutôt que de chercher à créer des modèles commerciaux innovants basés sur les données qui pourraient révolutionner l'économie mondiale via Bitcoin.
À la suite de la guerre civile de Bitcoin, trois versions concurrentes de Bitcoin ont vu le jour (BTC, BCH et Bitcoin SV ), mais il en est de même pour environ 3000 autres projets et jetons de « crypto-monnaie » se faisant passer pour des entreprises légitimes - jusqu'à un "exit scam" presque garantie, le fait de disparaitre du jour au lendemain avec tout l'argent des utilisateurs. Le principal bienfaiteur de la guerre civile Bitcoin a été Ethereum: une machine à états mondiale qui permet un déploiement facile de tokens et de contrats intelligents, mais le protocole Ethereum ne peut pas évoluer, et parmis les milliers de projets lancés, seule une poignée pourrait même être présentée comme avoir les ingrédients nécessaires pour devenir des entreprises légitimes. La plupart des autres sont des stratagèmes de Ponzi ou des émissions d'actions illégales - enrichissant les développeurs et escroquant les investisseurs amateurs.
C'est dans ce contexte que les défenseurs de BTC et de BCH, les porte-parole d'Ethereum et les altcoiners de tous bords s'alignent pour attaquer sans cesse le protocole Bitcoin préservé uniquement par le réseau BSV. Une industrie composée presque entièrement de criminels, de fraudes et d'arnaqueurs s'est unie contre BSV citant (et c'est là l'ironie) une prétendue fraude et arnaque présumée qui est l'existence même de BSV.
Nous devons nous demander pourquoi ?
Quel est le différenciateur clé de BSV?
Pourquoi tous les arnaqueurs se sont-ils unis contre lui?
Je suis fermement convaincu que pour la plupart, la motivation est la peur de la capacité de BSV à absorber l'économie mondiale et tous les autres projets «crypto» qui vont avec. Pour les autres, ou ceux qui ne comprennent pas le pouvoir du Bitcoin, ils sont entraînés dans une guerre culturelle qu'ils ne comprennent pas. Il est essentiel de comprendre les pouvoirs en jeu et leurs implications pour Bitcoin et l'économie mondiale.
Une histoire brève
Bitcoin a été lancé avec un "livre blanc" sur la liste de diffusion de cryptographie en 2008. Le pseudonyme « Satoshi Nakamoto » a déclaré une solution au problème de la double dépense. Or le problème de la double dépense de tous les précédents systèmes de paiement électronique était le seul facteur limitant l'adoption d'une monnaie électronique fonctionnelle. Il était impossible de prouver exactement qui possédait quelles unités d'argent sur leurs registres distribués, de sorte que les systèmes ne pouvaient pas faire confiance, et ces projets mourraient assez vite. Bitcoin a résolu ce problème avec un concept appelé « preuve de travail». Il poste la question: qui a brûlé le plus de puissance de calcul pour résoudre des énigmes arbitraires afin de rendre compte de l'état du registre d'une manière qui coûte de l'argent, de sorte qu'il y ait une incitation économique à tenir un compte honnête des avoirs de chacun. Ce processus est souvent appelé « exploitation minière » car les nœuds honnêtes qui maintiennent l'état du registre sont récompensés pour leur travail avec des Bitcoins toutes les dix minutes - un peu à la même manière d'un mineur d'or qui est récompensé par de l'or en échange de son travail.
Étant donné que Bitcoin n'avait aucune valeur lors de son lancement, il était extrêmement facile à miner et également gratuit d'envoyer des tonnes de transactions. En théorie, il s'agissait d'un vecteur d'attaque par déni de service (DoS). Une attaque DoS ou DDoS se produit lorsque les nœuds sont inondés de plus de données qu'ils ne peuvent en gérer et qu'ils plantent. Sur un jeune réseau Bitcoin, un crash comme celui-ci aurait été considéré comme un échec du réseau, donc un plafond de 1 Mo de données pour chaque dix minutes de temps de transaction a été codé en dur dans le logiciel - semant la première graine de la guerre civile Bitcoin . De 2009 à 2017, cette limite de 1 Mo sur le total des transactions était l'aspect technique le plus controversé du bitcoin.
Pourquoi est-ce important?
Une seule et simple transaction Bitcoin est relativement petite du point de vue des données, donc 1 Mo toutes les dix minutes donne environ trois à sept transactions par seconde avant que le réseau ne devienne trop encombré. Satoshi Nakamoto a plaidé pour un nombre de transactions au niveau de Visa, ainsi que son successeur direct en tant que développeur principal du projet, Gavin Andresen! Certains des premiers Bitcoiners influents comme Mike Hearn et Jeff Garzik ont ​​également plaidé pour plus de données par bloc pour permettre à Bitcoin de se développer pour rester un simple système de paiement électronique. Ils étaient pour des «gros blocs» contrairement au camp des «petits blocs» qui préconisaient une permanence de la limitation de 1 Mo de Bitcoin.
Le camp des "petits blocs" estiment que Bitcoin n'est pas un réseau de paiement, mais plutôt qu'il s'apparente davantage à une banque décentralisée conçue pour stocker des Bitcoins qui ne bougent jamais: une sorte de coffre-fort d'or numérique. Ils voulaient que la limite de taille des blocs de 1 Mo reste permanente sous les auspices de chaque personne exécutant un «nœud bitcoin complet» sans avoir à payer trop d'espace sur le disque dur. Cela signifierait qu'en période de congestion, les frais de transaction deviendraient absurdement élevés, mais cela n'aurait pas d'importance car le bitcoin ne devrait pas être négocié sauf en grosses quantitées de toute façon. L'autre problème est que s'il est bon marché de rejoindre la gouvernance de Bitcoin, alors le réseau est facile à attaquer par sybil, et je dirais que BTC est régi par des sybilles à ce jour.
Le camp des "gros-blocs" estime que tout le monde sur terre devrait être en mesure d'échanger et de faire ses affaires sur Bitcoin.
Les "petits-blocs" pensent que tout le monde devrait être en mesure de gérer soi-même le registre mondial chez soi, mais que seules certaines personnes très riches devraient pouvoir effectuer des transactions.
Après des années de querelles, en 2017, Bitcoin s'est scindé en deux chaînes distinctes, et en 2018, il s'est à nouveau divisé.
Alors quelle est la différence entre ces versions ?
BTC est actuellement la version qui a le prix le plus élevé, avec la plus petite taille de bloc et la plus grande puissance de calcul. Malheureusement, il est régi par des développeurs de logiciels et des sybilles qui contrôlent le consensus grâce à une utilisation intelligente de logiciels malveillants appelés «soft-fork» qui leur permet de saper les règles du Bitcoin. Ils utilisent ce pouvoir pour changer les règles des transactions en mentant aux nœuds et en leur disant de les valider quand même. Toute la culture BTC consiste à acheter du BTC afin de le conserver jusqu'à un moment dans le futur où il sera vendu. Les paiements avec BTC ou les transactions de toute nature sont méprisés.
BCH est un réseau basé sur Bitcoin qui pense que les blocs devraient être à peine légèrement plus grands, mais ils ont également des développeurs en charge des règles, tout comme BTC, et ils pensent que Bitcoin devrait être catégorisé pour être utilisé uniquement pour le commerce de détail, mais rien de plus. Le réseau change de règles tous les six mois. Les transactions non commerciales sont en général méprisées.
BSV est la version restaurée du protocole Bitcoin original avec tous les paramètres ouverts afin que les nœuds honnêtes puissent s'engager dans un consensus conformément au livre blanc de Bitcoin - par preuve de travail ! Le protocole est gravé dans la pierre afin que les développeurs de logiciels ne puissent pas bricoler les règles. Cela permet aux entreprises de planifier des décennies d'utilisation du réseau et d'investir en toute confiance. En tant que seul réseau bitcoin totalement sans autorisation, le commerce de toute nature est encouragé sur BSV. Tout, allant des réseaux sociaux aux expériences de science des données météorologiques ou aux tests de disponibilité du réseau, est encouragé. Paiements de détail, tokenisation, ou tout autre type de contrat intelligent est simple à déployer sans limitations. Bitcoin SV n'a aucun limite sauf l'esprit humain et l'esprit d'entreprise.
Et c'est la racine de la haine envers BSV.
Les "petits-blocs" ont investi toute leur réputation et leurs moyens de subsistance sur la notion que le bitcoin est incapable de s'adapter. Pendant des années, des experts présumés ont convaincu de nombreuses personnes que les limites de taille de bloc de 2 Mo, 8 Mo ou 22 Mo casseraient littéralement Bitcoin. Ils ont furieusement mis en jeux leur réputation sur ces fausses notions. Et ensuite, BSV a eu de nombreux blocs de plus de 100 Mo. En fait, il y en a même eu quelques-uns de plus de 300 Mo! prouvant que les petits-blocs se trompent sur les limites du réseau. Mais cette prise de conscience est une menace pour l'hégémonie du récit de Bitcoin. Depuis 2015, lorsque le Dr Craig Wright est apparu sur les lieux pour expliquer que le bitcoin avait en réalité ZERO limitations, il a créé un tollé massif parmi l'intelligentsia des petits-blocs. Les leaders d'opinion de l'époque étaient payés pour prendre la parole lors de conférences où ils expliquaient à tort que Bitcoin n'était rien d'autre qu'une réserve de valeur rare sans autre utilité. Le Dr Wright parlait de l'échelle illimitée du réseau, de son exhaustivité de Turing et d'autres notions inconcevables (à l'époque) sur Bitcoin. Sa passion et ses connaissances se sont heurtées à des calomnies et des railleries. Ils se sont concentrés sur l'attaque de son personnage au lieu de discuter de Bitcoin!
C'est devenu l'une des principales méthodes d'attaque des petits-blocs. Lorsque de gros-blocs parlent des capacités de Bitcoin, ils sont ridiculisés en tant qu'escrocs et le sujet est toujours dirigé très loin de la discussion technique, car les petits-blocs savent bien qu'ils sortiraient perdants. Ils fouillent les dossiers personnels et cherchent des moyens de faire taire les gens du camp des grands-blocs de Bitcoin de la même manière que les guerriers de la justice sociale s'engagent dans la culture d'annulation contre leurs ennemis politiques.
Qui est le Dr Craig Wright et que fait-il?
Si vous ne le savez pas, Craig Wright est le scientifique en chef d'une société de recherche sur Bitcoin au Royaume-Uni appelée nChain : une société de 150 à 200 informaticiens. Craig dirige l'équipe qui étudie les possibilités de Bitcoin et de ses applications dans le monde. Il est l'un des experts en criminalité numérique les plus reconnus au monde avec les certifications SANS et GIAC ainsi que les titres GSE CISSP, CISA, CISM, CCE, GCFA, GLEG, GREM et GSPA. En outre, il est un polymathe multidisciplinaire de troisième cycle: un doctorat en informatique, économie et théologie et titulaire d'une maîtrise en statistique et en droit commercial international.
En 2015, il a également été exposé par une publication conjointe de WIRED et Gizmodo en tant que Satoshi Nakamoto, le créateur de Bitcoin. Quelques jours après cette révélation, les gens qui le soutenaient ont vu leurs clés d'accès au code révoquées, et de nombreux autres ont été instantanément bannis. Craig a été mis sous enquête par le bureau des impôts australien pour ce qu'il considérait être une erreur de comptabilisation probable de ses bitcoins. Les retombées ont été agressives et rapides, avec une gigantesque armée de petits-blocs, organisée sur Reddit et autres forums, et nouvellement financée par l'argent de la startup pro-petits-blocs appelée «Blockstream». Leur message était clair: Bitcoin doit garder de petits blocs. Le Bitcoin ne peut pas évoluer, et toute personne proche de Craig Wright sera harcelée pour se conformer à une armée de comptes Twitter anonymes et sans visage.
Au cours des années suivantes, Ira Kleiman, frère du défunt Dave Kleiman, a poursuivi Craig Wright pour sa part du prétendu «Partenariat Satoshi Nakamoto», affirmant que Dave était plus impliqué qu'il ne l'était réellement, et l'affaire est en cours actuellement, jusqu'à courant 2021. Ira Kleiman pense que Craig est Satoshi et a investi une fortune incalculable et a obtenu l'argent d'investisseurs extérieurs pour poursuivre sa poursuite. Il est clair que les bailleurs de fonds d'Ira pensent que Craig est également Satoshi.
Les critiques qualifient souvent la révélation publique et le procès public de Wright de ternir énormément sa réputation, mais il convient de noter que les deux sont arrivés à Wright et qu'il ne souhaitait clairement pas être pris dans l'une ou l'autre situation.
Au lieu de cela, Craig est un défenseur passionné de la vision d'un Bitcoin avec de gros blocs, appelant à la professionnalisation, à la légalisation et à l'utilisation mondiales de Bitcoin pour une utilisation à tous les niveaux du commerce. La réponse à la passion de Craig et à ses affirmations a été d'attaquer sa réputation et d'endosser Internet avec le surnom de «Faketoshi». Lorsque de simples brimades ont échoué contre le Dr Wright, des attaques ont été intensifiées pour remettre en question ses divers diplômes, des pétitions aux universités pour enquêter sur lui pour plagiat dans divers travaux, y compris des thèses de doctorat, etc. Wright a même revendiqué des menaces contre la vie des membres de sa famille et il y a plus qu'une petite preuve que, selon Ian Grigg, une des légendes de la cryptographie: «des gens sont morts pour Bitcoin, vraiment, des gens sont morts».
Les attaques en cours
Cela ne peut être assez souligné: la communauté des petits-blocs est construite autour de tactiques d'ingénierie sociale professionnelle. Gregory Maxwell, co-fondateur de la société Blockstream, a été formé à la pratique de l'ingénierie sociale et l'a utilisé de manière si subversive comme un outil de propagande pendant son mandat en tant que modérateur rémunéré de Wikipedia, qu'il a finalement été démis de ses fonctions avec les journaux d'administration citant une litanie d'infractions, notamment:
«Gmaxwell s'est engagé dans la création de faux comptes en masse…» - Alhutch 00:05, 23 janvier 2006 (UTC)
«Menaces, insultes grossières, usurpations d'identité d'un administrateur», -Husnock 03:18, 25 janvier 2006 (UTC)
«Son comportement est scandaleux. Franchement, il est hors de contrôle à ce stade. Son comportement d'intimidation doit cesser.» - FearÉIREANN 19:36, 22 janvier 2006 (UTC)
«Sa liste de contributions est hors de propos. C'est du vandalisme. C'est un comportement auquel je m'attendrais d'un éditeur en furie, ce que, franchement, Gmaxwell est.» - Splashtalk 20h00, 22 janvier 2006 (UTC)
«Prétend être un administrateur, menaçant de bloquer les personnes qui ne sont pas d'accord avec lui, fait régulièrement des attaques personnelles» - SlimVirgin (talk) 12h22, 22 janvier 2006 (UTC)
Il passe beaucoup de temps sur Reddit et d'autres forums à semer la peur sur les dangers des gros blocs, et il a été surpris en train de faire semblant d'être plusieurs comptes à la fois en train d'avoir de très longues discussions techniques sur Reddit destinées à submerger les nouveaux arrivants avec ce qui ressemble à un débat intellectuel.
Qui d'autre est attaqué?
L'autre cible commune de la machine de guerre anti-BSV est Calvin Ayre: le milliardaire à la tête de l'empire du groupe Ayre. Calvin est un entrepreneur canadien et antiguais qui a lancé un incubateur Internet à Vancouver au tout début du boom Internet. Fils d'un éleveur de porcs, Ayre est surtout connu en dehors de l'économie Bitcoin pour la création et la professionnalisation de l'industrie du jeu d'argent sur Internet. Plus particulièrement, sous la marque Bodog, Ayre a aidé à moderniser les lois financières américaines compliquées et obsolètes en poussant les limites dans les marchés gris qui existent où les dollars américains sont utilisés à travers les frontières pour s'engager dans un commerce juridiquement compliqué comme le jeu d'argent. Son travail dans ce domaine lui a valu une petite fortune et un passage sur une liste des «plus recherchés» pour blanchiment d'argent. C'est un point sur lequel les petits-blocs aiment se concentrer, mais ils le sortent complètement de son contexte. Calvin a finalement plaidé coupable à une accusation de délit, mais a été le fer de lance de la modernisation des lois et règlements américains qui existent aujourd'hui sur les marchés complètement ouverts et fonctionnels. Il est respecté pour son travail dans l'industrie du jeu, les médias et la philanthropie. Calvin est certainement le bienvenu aux États-Unis malgré la critique souvent citée et dépassée selon laquelle il est une sorte de hors-la-loi.
Calvin Ayre
Dans l'économie Bitcoin, Ayre est une figure de proue dans la gestion de nœuds Bitcoin honnêtes pendant plusieurs années sous les marques CoinGeek et TAAL, et il est un investisseur dans nChain ainsi que plusieurs startups dans l'espace BSV. Bien qu'il soit probablement le plus gros investisseur, il n'est pas le monolithe que les petits-blocs laisseraient croire aux critiques. Il est important de comprendre que des segments entiers de l'écosystème BSV existent complètement en dehors de son influence.
Twetch, par exemple, est une entreprise indépendante appartenant à l'écosystème BSV, célèbre pour ses attaques contre les médias sociaux centralisés. Ils sont même connus pour se moquer des entreprises qui acceptent l'argent d'Ayre, en plaisantant que Calvin possède tout sauf Twetch. Bien sûr, ce n'est pas vrai. Un autre excellent exemple est l'investisseur / entrepreneur indépendant Jack Liu : ancien dirigeant de Circle et OKEX. Liu possède la marque de hackathons CambrianSV ainsi que des propriétés précieuses dans l'espace BSV telles que RelayX, Streamanity, Output Capital, FloatSV et Dimely.
Les autres acteurs clés sont MatterPool Mining et leur écosystème Mattercloud: une joint-venture entre des acteurs indépendants de l'écosystème BSV, avec des connexions directes aux protocoles BoostPOW et 21e8 et des relations avec des développeurs BSV indépendants.
Bien sûr, il existe également des marques précieuses financées par Ayre. Il s'agit notamment de la propriété partielle via l'investissement dans HandCash, Centi, TonicPow et Unwriter's Planaria Corp.
Une autre mesure importante à prendre en compte est la distribution de la puissance de hachage. Alors qu'à un moment de l'histoire, les entreprises appartenant à Ayre représentent une quantité importante de hachage sur bitcoin, BSV est aujourd'hui en grande partie exploité par des mineurs concurrents de Binance, F2Pool, OKEX et ViaBTC - dont aucun n'est «ami» de BSV ou d'Ayre, mais beaucoup sont ennemis. Ces mineurs soulignent cependant la nature ouverte et sans permission de BSV pour permettre à quiconque de participer.
Ayre est un acteur important, mais en aucun cas un contrôleur de la direction de la blockchain ou des entreprises indépendantes dans l'économie BSV.
Mais pourquoi Craig poursuit-il tout le monde en justice ?
Tout d'abord, et c'est crucial, le procès le plus important de Craig est l'affaire Kleiman. Les autres cas existent uniquement à cause de la diffamation publique du Dr Wright. Le hashtag #CraigWrightIsAFraud circule largement, poussé en grande partie par un mélange de personnages anonymes sur Twitter. Plus particulièrement Magnus Granath AKA «Hodlonaut» a été averti qu'une accusation publique de fraude courait à son encontre. La carrière du Dr Wright est en informatique et en criminalistique numérique, donc le déclarer publiquement une fraude cause un préjudice financier au Dr Wright dans son domaine d'expertise commerciale. Puisque «Hodlnaut» a refusé de cesser, on lui a envoyer une requête pour être vu au tribunal. Cela a causé le célèbre podcasteur de petits-blocs Peter McCormack à mendier d'être poursuivi aussi - en augmentant la rhétorique diffamatoire contre le Dr Wright. À la demande de McCormack, il a lui aussi été attaqué en justice pour être vu au tribunal.
Cette ère de service a engendré la campagne #DelistBSV menée en grande partie par «CZ», le PDG charismatique de Binance Exchange. Divers autres échanges comme Shapeshift et Kraken ont publié des sondages publics demandant s'ils devaient emboîter le pas, et des petits-blocs bien organisés ont voté en masse pour retirer BSV de leurs échanges - citant la toxicité du Dr Wright pour avoir intenté des poursuites en diffamation contre Hodlonaut et McCormack. Finalement, BSV a été retiré de Binance, ShapeShift et Kraken. Il a également été noté publiquement par Coinbase et Gemini qu'ils ne soutiendraient pas du tout cette version de bitcoin à la suite du drame public.
Au fur et à mesure que les choses progressaient, le fondateur de Bitcoin.com, Roger Ver, a également réalisé une vidéo publique déclarant Wright comme arnaqueur. C'était après avoir travaillé sournoisement avec les développeurs Bitcoin ABC pour coder des points de contrôle dans le logiciel ABC de Bitcoin Cash, divisant de manière permanente le réseau Bitcoin pour la deuxième et dernière fois - un acte pour lequel Roger est également poursuivi par d'autres parties privées en Floride. Roger Ver a été averti que des problèmes juridiques similaires se présenteraient à sa porte pour avoir diffamé le Dr Wright, mais les critiques publiques ont persisté jusqu'à ce que Roger soit également entendu devant le tribunal et fournisse la preuve de la fraude de Wright, sous peine de sanctions pour diffamation publique. Son cas est en instance à Antigua-et-Barbuda, où il est récemment devenu citoyen.
Et ensuite il se passe quoi ?
Nous avons établi l'histoire du Bitcoin, de la guerre civile, des attaques publiques contre Wright, Ayre et BSV. Au moment d'écrire ces lignes, nous pouvons revenir sur les attaques contre Thomas Lee, Tim Draper et Jimmy Wales pour avoir eu une proximité avec BSV. Malgré la pression sociale, le rapport Fundstrat de Lee a rendu un examen élogieux du protocole fixe et de l'évolutivité infinie de BSV. Lee et son équipe étaient heureux de prendre la parole lors des événements précédents de CoinGeek, même après le tollé public.
Pour la conférence CoinGeek 2020 à New York, McCormack, Hodlonaut, « Arthur Van Pelt » et d'autres acteurs tels que le Dan Held de Kraken et une cacophonie de trolls anonymes sur Twitter ont mis à profit leur expérience de la culture d'annulation à la bolchevique pour faire pression sur les orateurs Gary Vaynerchuk , et d'autres orateurs prévus afin de les forcer à annuler leur participation à la conférence. Cette attaque sociale contre BSV, Dr. Wright, Ayre et les autres entreprises qui utilisent le réseau BSV pourrait être un cas gigantesque de fraude à la consommation. Ils trompent activement les gens en leur faisant croire que le protocole fixe et l'évolutivité infinie de Bitcoin SV sont en quelque sorte dangereux, alors qu'en fait, le protocole et le réseau sont imperméables à toutes les attaques, à l'exception de leur ingénierie sociale.
Bitcoin SV s'est développé professionnellement avec un portefeuille de brevets de classe mondiale. Il est utilisé par des entreprises indépendantes pour réaliser des profits et il est exploité sur le marché libre par un groupe décentralisé de nœuds honnêtes qui se font concurrence. Le réseau est fixe, sécurisé et en croissance grâce aux investissements de petites entreprises et de gestionnaires de capitaux mondiaux. Les mensonges au contraire sont basés sur une campagne massive de dénigrement perpétrée par les communautés d'autres cryptomonnaie qui craignent l'adoption mondiale de BSV comme outil de commerce et ce que cela signifiera pour eux. L'histoire ne sera pas gentille avec ces manipulateurs et leurs réseaux qui sont financés par les fraudes probables des échanges de crypto-monnaies off-shore, le (très probablement) frauduleux Tether Stablecoin, et l'économie de "pump-and-dump" qui sous-tend 95% du volume de négociation de l'ensemble de l'économie cryptomonnaie actuelle.
C'est une guerre civile. Il y aura toujours des victimes, mais alors que BTC et BCH se concentrent sur les ragots et les affaires illicites, BSV veut que le monde entier soit plus libre, plus souverain et plus capable de coopérer sur le registre mondial de la vérité afin que les entrepreneurs du monde puissent s'engager dans les grandes entreprises ou de simples nano-services sont rendus possibles uniquement par Bitcoin. Bitcoin est un test d'intelligence. Au fil du temps, les personnes intelligentes pourront voir à travers le brouillard de distorsion de la réalité créé pour confondre les innocents et reconnaître cela pour ce que c'est, une attaque coordonnée pour tenter de supprimer une technologie supérieure qui les rendrait obsolètes.

Des exemples d'applications Bitcoin que vous pouvez essayer dès aujourd'hui gratuitement ?
Si vous vous sentez prêt à faire le premier pas dans le futur vous êtes libres de tester les meilleurs applications du Metanet sur https://metastore.app/apps?sort=money
Le site le plus populaire du Metanet à ce jour est bit.ly/twetchapp, une version de twitter incensurable sur la blockchain, allez jeter un oeil !

_______________________
sources: traduit et inspiré de https://coingeek.com/the-war-on-bitcoin/
image : https://imgur.com/1Yb0Yle
submitted by zhell_ to BitcoinSVFrance [link] [comments]

Nasdaq.com: Twetch lance la messagerie cryptée avec paiements directement dans le chat sur la blockchain BSV

Twetch, un réseau social basé sur les micropaiements qui fonctionne sur la blockchain Bitcoin SV, a introduit une fonction de messagerie cryptée qui permet aux utilisateurs de s'envoyer de l'argent directement dans le chat.
Sorti mercredi, Twetch Chat ajoute une couche de confidentialité et de sécurité à l'alternative à Twitter et s'inscrit dans la tendance vers des communications plus privées qui ont été un point central des entreprises ces dernières années. La contrepartie est que vous avez besoin d'un portefeuille de cryptomonnaie pour profiter de la fonctionnalité, qui servira à gérer les clés de chiffrements de vos messages ainsi qu'a envoyer et recevoir vos bitcoins.
"Contrairement aux services Internet existants, Twetch décharge la gestion des clés sur le compte de l'utilisateur, qui est un portefeuille Bitcoin SV" a déclaré Josh Petty le PDG de Twetch dans un communiqué. "C'est une étape vers la rupture du monopole qu'on les GAFA sur nos données"
Pour utiliser Twetch, vous avez besoin d'un portefeuille Moneybutton ou RelayX pour stocker et envoyer des BSV. Moneybutton et Relayx utilisent tous deux le protocole PayMail, qui crée un identifiant de type e-mail comme [[email protected]](mailto:[email protected]) au lieu de la chaîne de chiffres et de caractères généralement associée à un portefeuille bitcoin. Lors de la configuration d'un compte Twetch, le service génère de manière aléatoire une phrase de 12 mots associée à la clé publique de chaque portefeuille unique. Cette phrase est ensuite chiffrée et stockée dans la base de données de Twetch. Chaque fois que vous souhaitez vous connecter, vous déchiffrer la graine pour prouver votre identité et y accéder.
La norme de cryptage AES utilise la même clé pour crypter et décrypter. Ainsi, lorsque vous souhaitez discuter sur Twetch, l'initiateur du chat crée un chiffrement AES, ou code, pour le chat. Ce chiffrement est ensuite utilisé par les deux participants pour envoyer et lire des messages chiffrés, et même Twetch ne peut pas les lire!
Le chiffrement lui-même est chiffré par la graine / clé de l'utilisateur et stocké par Twetch dans ses serveurs afin que l'utilisateur puisse le déchiffrer plus tard, et seuls les participants au chat peuvent lire et envoyer des messages.
Pour illustrer, lorsque vous souhaitez discuter, vous trouvez la personne avec laquelle vous souhaitez communiquer et convenez d'une pièce dans la maison. La personne qui initie le chat crée un verrou et une clé spéciaux à partir de sa clé et de celle de son partenaire, de sorte que personne d'autre que lui ne peut entrer dans la pièce et donc dans la conversation.
Twetch Chat est destiné à être utilisé pour les affaires ainsi que pour les interactions sociales. Dans le chat, les utilisateurs peuvent négocier des accords en privé et se payer dans le cadre de la même interaction, sans jamais quitter le chat. On utilise pour cela simplement la commande "/pay".
"La messagerie est une fonctionnalité clé pour tout réseau social", explique Josh Petty. «La plupart des applications que les gens utilisent actuellement ne sont pas chiffrées et encore moins vous donnent accès aux données comme nous le faisons. Nous définissons aujourd'hui la norme de fonctionnement de toutes les applications de demain: une sécurité solide et une monnaie fiable intégrés par défaut.»
Vous êtes libres d'essayer Twetch dès maintenant, tant qu'il reste des invitations sur ce lien: https://twet.ch/inv/zhell
_____________
article NASDAQ: https://www.nasdaq.com/articles/twetch-launches-encrypted-messaging-in-chat-payments-on-bsv-blockchain-2020-09-09
illustration: https://imgur.com/a/NrXWmLO
submitted by zhell_ to BitcoinSVFrance [link] [comments]

Exactly how much funding and how much resources are we using to analyze the Grasberg historical radical drift experiment. That includes now and into the future.

I thought we had barely enough funds to 'keep the lights on' and keep Bitcoin cash going. But now we are SUDDENLY pouring resources into an inconsequential controversial radical idealistic code that 'corrects historical drift' something Satoshi himself never even bothered to blink an eye about or even consider (maybe because the idea lacks merit)
This is such a huge contradiction. Hours and hours, simulations simulations, meetings, resources, all spent on this Grasberg endevour.... Yet we need funds to simply 'keep the lights on and keep bch going blah blahblah'.
We fund abc, they give us .... something random, something we didn't ask for, something not on the roadmap, every one is SURPRISED....
OH OK SO you need my funds to fund.... GRASBERG and any technical debt it may constitute, and keep the lights on. Don't bother planning, just code radical ideas into the protocol days before the freeze date, awesome development strategy.
submitted by Terrible-Chipmunk to btc [link] [comments]

BETFURY BOX: get free BTC every 2️0 min & earn up to 15% monthly

BETFURY BOX: get free BTC every 2️0 min & earn up to 15% monthly

https://preview.redd.it/2ifreq3wf3m51.png?width=1170&format=png&auto=webp&s=5d31de103b7274e141c61ab329746cf1df405756
All secrets come true! From the moment it was announced that Betfury was preparing a Secret Project, all users started actively discussing what it might be. There were questions about it in the Telegram chat every day. And some of the users were very close to the correct answer - so close that we wanted to answer “hot” (like in a game).
So the legendary Secret Project is “BetFury Box”https://betfury.io/boxes
Why was it a secret? The reason is the uniqueness in the і-Gaming world.Unprecedented project, which required much work and time for preparation.
What is the BetFury Box?
BetFury Box is a faucet itself - a unique opportunity to earn by multiplying Bitcoins!Now earning BTC becomes accessible for everyone without special knowledge.
Earn Bitcoins in three steps:
  • Sign up on BetFury
  • Choose a preferable box with the best conditions for you
  • Get income: free BTC every 20 min, profitable Deposits and Referral bonuses up to 35%
⚠️ Boxes funds were allocated from the team side specifically to promote our platform (they don't apply to the Dividends pool).
https://betfury.io/boxes
There are 3 types of income from Boxes:

Free Box - Get up to 1800 Satoshi every day!

https://preview.redd.it/xbhd57m0g3m51.png?width=859&format=png&auto=webp&s=8aaef7629e5e360973b150a75386e7767233fe4f
All registered users have an opportunity to get free BTC every 20 min.The only thing you need to do is to be attentive or set an alarm not to oversleep.

How does it work?

The Free Box is constantly replenishing with Bitcoins. Once 20 min pass, coins can be withdrawn. Press “Withdraw”, pass a Captcha and get BTC on your game balance. That’s it!Come back every 20min for a new free roll and earn up to 1800 Satoshi of Daily Payouts.
Important!
  • The BetFury team has specially allocated funds for this unique project to promote our platform (they don't apply to the Dividends pool).
  • BetFury will notify players of any significant changes to existing terms and conditions of the Free Box before entering into force. BetFury may, at its sole discretion, make minor changes to these terms, the promotion itself or the players’ right to participate in this promotion for any reason, without prior notice to the players.
https://betfury.io/boxes

Deposit Box - Earn up to 15% monthly!

https://preview.redd.it/arnryrk5g3m51.png?width=859&format=png&auto=webp&s=a2eb413e4df84b54d4e72dbc77fb2382a22b93e7
BetFury provides not only the best gaming experience but also profitable services with maximum investment attractiveness!Increase your funds with the Deposit Boxes. BetFury offers to make Deposits more profitable, than in banks.
Every box purchases require by completing some task: to get acquainted with our platform, play games or complete daily tasks.
**Choose the Box to your taste.**Raccoon Fury has mined a set of different gemstones. Each of them has it’s name and is valuable in its own way.The difference between them is the cost, the percentage that you can get and the number of days for which it is purchased.
  • Each new Box is an exclusive offer with a limited term and conditions. Keep an eye on BetFury not to miss new special Boxes with unique opportunities.
**Get funds any time.**You can withdraw the full amount + % after the period finishes or withdraw the total expected amount with % by parts.The BetFury team guarantees that you will return all invested funds +% at the end of the term of the box you bought.
https://betfury.io/boxes

Box Referral Bonuses - up to 35%

https://preview.redd.it/takjxt2bg3m51.png?width=859&format=png&auto=webp&s=0c9adf92454fe667d774df58924b8ab5ad5c9b85
More fun and Bitcoins together with friends! Invite friends through your social networks and get up to 35% from their incomes.
1. Use your Referral link - it’s the same you’ve previously had on the BetFury account.
2. Share the Referral link to any social network: Telegram, Twitter or Reddit, YouTube, Instagram, Facebook.
**3. Get passive income.**It doesn't matter if your friends use a Free Box or Deposit Boxes - BTC will be pouring on your game balance.

Free Box - 20% from referrals withdrawals

Each time your referrals make withdrawals in the Free Box, you get a reward in the amount of 20%.**Example:**By clicking Withdraw, the balance of $100 is transferred to the game balance → referral rate (20%) $20 - affiliate commission.

Deposit box - 15% from referrals pure profit.

Your referrals buy boxes - you get coins immediately after the purchase.**Example:**By clicking Buy Box in amount of $100 ($100 deposit + $10 pure income) → referral rate (15%) ($10 * 0.15) = $1.5 referral commission.
⚠️ Note: 7 days Deposit boxes are not eligible for affiliate bonuses.
Start earning passively from the first minute. Later, the conditions for receiving referral bonuses can be changed, so enjoy the maximum benefit here and now!The more invited friends you have - the more profit you get.
________________________________________________________________________________________________________
BetFury has presents in the Box for everyone! It’s the easiest way to get and multiply Bitcoins. There are a lot of ways to use earned crypto on BetFury: play games, mine BFG tokens, Stake them to get Dividends. Sure, you’ll find the best variant for you!
________________________________________________________________________________________________________
Link to the Website: https://betfury.io Link to the Telegram: http://t.me/betfury Link to the Twitter: https://twitter.com/betfury_io Link to the Telegram Channel: https://t.me/betfuryofficialchannel Link to the Steemit: https://steemit.com/@betfury-steem Link to Facebook: https://www.facebook.com/BetFury.io/ Link to Instagram: https://instagram.com/betfury.io Link to Reddit: https://www.reddit.com/useBetFury_io

submitted by BetFury_io to u/BetFury_io [link] [comments]

Quelle est la valeur intrinsèque de Bitcoin ? que veut dire "posséder ses données" ?

La valeur intrinsèque de Bitcoin est la valeur que vous accorderiez à la liberté de posséder vos propres données numériques. Nous sommes nombreux à ne pas encore être habitués à cette liberté, tout comme nous n'étions pas habitués aux téléphones portables ou à Internet, mais une fois que nous en aurons fait l'expérience, nous nous demanderons comment nous avons pu vivre sans elle!
Mais que veut vraiment dire "posséder ses données" ?

Posséder vos données, c'est posséder votre avenir

L'informaticien britannique Tim Berners-Lee est crédité pour avoir inventé le Web en 1989 lorsqu'il a mis en œuvre la première communication réussie entre un client Hypertext et un serveur via Internet.
Et oui car il y a bien une différence entre le Web et Internet. Le Web est le système qui permet de naviguer de pages en pages en cliquant sur des liens dans un navigateur. Internet est le réseau ou l'infrastructure et le Web est un service sur ce réseau. Aujourd'hui le terme Internet est souvent utilisé comme englobant les deux.
Tim Berners-Lee avait ceci à dire à propos de la propriété des données: «Les clients doivent avoir le contrôle de leurs propres données - ne pas être liés à un certain fabricant, de sorte qu'en cas de problème, ils sont toujours obligés de revenir vers eux.»
Il décrit là des sites comme Facebook ou Twitter, mais si même le créateur du web nous explique que les sites les plus utilisés aujourd'hui ne respectent pas la propriété des données, que pouvons nous y faire ?

Posséder vos données, c'est aussi éviter de vous faire manipuler

"Posséder vos données, c'est posséder votre avenir." Cela semble assez simple. Mais pensez à la signification réciproque de cette déclaration. Si quelqu'un d'autre possède vos données, quelqu'un d'autre est propriétaire de votre avenir. Oui, c'est une pensée effrayante.
On peut penser que posséder ses données se limite au contenu que vous créez, mais ce n'est pas vrai. Des sites comme Facebook, Google ou Twitter sont désormais bien connus pour avoir un pris un rôle de contrôleurs et manipulateurs de l'information. Pour donner un exemple il a été prouvé que Google manipule les résultats de recherches, un employé qui à travaillé chez google pendant 8 ans avoue:
"J'ai vu quelque chose de sombre et de néfaste se passer dans l'entreprise et j'ai réalisé qu'ils allaient non seulement fausser les élections mais aussi utiliser cette falsification pour essentiellement tenter de renverser le pays." interview complète ici (en anglais)
Posséder ses données, c'est donc tout autant posséder le contrôle sur les algorithmes que vous utilisez pour vous informer.
Maintenant, je veux parler du contrôle que la propriété de vos données vous donne et comment commencer à récupérer ce pouvoir dès maintenant.

Comment Bitcoin peut vous redonner le pouvoir sur vos données

Vos données personnelles et financières sont empruntées, utilisées, volées et vendues à un rythme alarmant. Les pirates informatiques ont accédé à des données sensibles de clients de Yahoo (1 milliard), eBay (145 millions) ou encore Uber (57 millions). Equifax, la société que nous payons pour assurer la sécurité de nos données financières, a commis une faille où 143 millions de personnes se sont fait voler leur numéro de sécurité sociale, leur adresse et leur numéro de permis de conduire. Facebook possède des données personnelles sur 32% de la population mondiale.
Alors que la plupart des données sont transmises volontairement en échange d'une utilisation gratuite ou à prix réduit des services en ligne, le sentiment du marché semble évoluer en faveur de solutions plus privées où les utilisateurs conservent un plus grand contrôle sur leurs données.
Même si la demande de propriété des données semble crédible, aucune alternative n'est apparue ou n'a gagné du terrain pour le moment. Le manque de concurrence envers les géants de la monétisation des données comme Facebook et Google peut indiquer des problèmes plus fondamentaux avec nos vies en ligne.
Le rôle de la blockchain dans la propriété des données n'est pas une idée nouvelle. De nombreuses cryptomonnaies ont inclus la propriété ou la monétisation des données dans leur raison d'être. Cette vision a largement échoué à se concrétiser. Le principal problème lié à ces solutions est leur incapacité à passer à l'échelle. Mais cela est en train de changer.
De toutes les principales versions de Bitcoin, il y en a une qui accorde la plus grande importance au passage à l'échelle. Le principal moyen de grandir a été de supprimer les limitations imposées par d'autres versions de Bitcoin et de revenir le plus fidèlement possible au protocole original. Nous pensons que cette conception originale aligne les incitations économiques pour permettre à la blockchain de s'adapter à la demande actuelle ou anticipée. Ce point de vue a été largement confirmé. Après avoir fonctionné de manière indépendante depuis 2018, le débit maximal est déjà 2000 fois supérieur à celui du leader du marché. À grande échelle, Bitcoin peut être utilisé comme plus qu'un registre de transactions financières. Les transactions Bitcoin peuvent inclure tout type de données. Maintenant, cette version est la seule incluant activement des données non financières sur la blockchain comme cas d'utilisation majeur. En fait, beaucoup de participants de cet écosystème considèrent le stockage de données non financières comme le principal cas d'utilisation de Bitcoin.
Découvrez toutes les applications Bitcoin sur le MetaStore.
En raison de cette échelle supérieure et croissante, les entrepreneurs affluent. Parmi les problèmes rencontrés par cette nouvelle génération de penseurs de Bitcoin, il y a le manque de contrôle des utilisateurs sur leurs données personnelles. Alors que la capacité de Bitcoin continue d'augmenter, son rôle dans un futur où la souveraineté des données est largement disponible devient de plus en plus important. Avec Bitcoin en tant que système de paiement mondial, de backend d'applications, de base de données et d'enregistrement horodaté immutable, l'avenir de l'économie des données est l'une des nombreuses autres options pour les particuliers et les entreprises - un avenir d'opportunités économiques accrues.
Qu'est-ce que la propriété des données sur Bitcoin?
La beauté de l'information est que vous pouvez la donner à quelqu'un d'autre sans la perdre vous-même. Les avantages en sont évidents, mais cela pose des problèmes de sécurité difficiles. Chaque fois que vous partagez des informations avec quelqu'un, il y a un risque qu'il les expose à quelqu'un que vous ne voudriez pas. Bitcoin ne peut pas résoudre ce problème, bien qu'il puisse augmenter l'efficacité des contrats autour de la gestion des données et de l'application de ces contrats. Ce que Bitcoin peut faire, c'est réduire considérablement le besoin de transmettre vos données personnelles en premier lieu. Pour certains, moins il y a d'entreprises qui disposent de leurs données, mieux c'est. Pour tout le monde, moins il y a d'entreprises qui ont leurs données, moins les données sont volées par des pirates. En plus de réduire la nécessité pour les applications de collecter des données, Bitcoin facilite également le dégroupage des applications du stockage de données. Cela donne aux utilisateurs un meilleur contrôle sur leurs données et crée un paysage d'applications plus compétitif. Enfin, Bitcoin offre aux entreprises confrontées à des coûts de gestion des données augmentant rapidement, un moyen simple de maintenir la qualité des produits sans avoir à conserver les données personnelles des utilisateurs.
Les micropaiements pour nous libérer de la publicité
D'un point de vue commercial, le but de la plupart des collectes de données est de vendre des publicités. Les publicités sont omniprésentes dans notre expérience en ligne. En fait, il est difficile d'imaginer la vie sans publicités ciblées sur chaque page. Cependant cela ne signifie pas que la publicité est un modèle naturel ou efficace pour générer des revenus en ligne.
Notre réalité dominée par la publicité découle de nos options de paiement limitées en ligne. Les paiements par carte de crédit sont la norme. Les frais commencent souvent à 0,30€, ce qui rend les petits paiements économiquement irréalisables. Même sur le géant chinois des paiements Alipay, la plus petite taille de paiement possible est de 1 CNY soit environ 0,15€. Parce que les options de paiement sont limitées et coûteuses pour les montants inférieurs à 5€, il est souvent difficile de facturer des informations, qui ont régulièrement une valeur commerciale en centimes ou même en microcentimes.
Considérez cette question. Dans l'économie actuelle, quelle vidéo est la plus intéressante à créer:
- une vidéo où 100 millions de personnes paieraient 0,1 centime pour voir
- une vidéo que 100 personnes paieraient 1 000€ pour voir
- ou une vidéo que 1 million de personnes paieraient 1€ pour voir?
La valeur pour les consommateurs de la vidéo à 1€ est la plus élevée d'un facteur 10, mais c'est la moins précieuse pour le producteur dans l'environnement de paiement actuel. Il est impossible de collecter 1€ auprès d'un million de personnes lorsque 10 millions de vues sur une vidéo YouTube génèrent environ 0,01 centime par clic et que les solutions existantes fonctionnent pour le contenu premium. Du point de vue de l'annonceur, la capacité à générer des clics est bien plus importante que la valeur réelle pour le consommateur.
Combien paieriez-vous pour une recherche Google? Ce n'est probablement pas 1€, mais cela pourrait facilement être 1c (1centime). À 20 recherches par jour, 1c par recherche génère un coût de 73€ par an. Les consommateurs préfèrent-ils ce coût à la remise de l'intégralité de leur historique de recherche à Google? Un meilleur produit de recherche peut-il être proposé si les revenus sont générés par recherche plutôt que par le biais d'un modèle d'annonce? Les réponses à ces questions ne viendront pas tant que de meilleures solutions de paiement ne seront pas largement utilisées. La bonne nouvelle est que la technologie de paiement existe aujourd'hui dans Bitcoin (BSV).
Les frais de transaction Bitcoin (BSV) médians sont actuellement de 0.00035€ et en baisse. Des applications comme Money Button rendent le paiement avec Bitcoin extrêmement facile. La conversion vers et depuis Bitcoin (BSV) entraîne toujours des coûts conséquents, mais comme de plus en plus d'utilisateurs sont disposés à en détenir, l'efficacité des micropaiements en tant que moyen de générer des revenus en ligne augmente. Alternativement, il peut être utilisé comme backend pour les versions tokenisées de monnaies fiduciaires qui peuvent également bénéficier des faibles frais sur le réseau Bitcoin. Alors que le coût d'envoi continue de baisser, le modèle publicitaire sera mis à l'épreuve. Les géants financés par la publicité peuvent-ils concurrencer les entreprises qui facturent des tarifs extrêmement bas pour leurs services? Les produits financés par la publicité peuvent-ils concurrencer l'expérience utilisateur d'une alternative qui tire la majorité de son financement de micropaiements? Pour certains utilisateurs, la réponse est certainement non. Pour ces utilisateurs, le besoin de transmettre leurs données personnelles est considérablement réduit, ce qui signifie une expérience de commerce en ligne beaucoup plus privée et sécurisée.
Dissociation les données des applications, le secret du Metanet
La plupart des applications impliquent aujourd'hui de consommer, générer, partager ou modifier des données. Ces données dynamiques sont de plus en plus stockées sur des serveurs cloud privés plutôt que sur une machine locale. Les serveurs basés sur le cloud offrent beaucoup d'efficacité, mais nous devons transmettre nos données pour profiter de ces gains d'efficacité.
Bitcoin est comme un serveur cloud surpuissant. Il existe de nombreux processeurs de transactions Bitcoin à travers le monde. Chacun est incité à conserver une copie complète de la base de données des transactions. Bitcoin donne à vos données une redondance implicite et une livraison facile puisque le réseau est mondial. De plus, il devient constamment plus efficace et moins coûteux à utiliser. Bitcoin est en passe de devenir le plus grand CDN (réseau de diffusion de contenu) de la planète. De plus, il est immutable. Cela signifie que nous pouvons être sûrs que les données stockées sur la blockchain Bitcoin aujourd'hui seront pour toujours inchangés. Les implications de cela vont de l'avantage apparemment insignifiant de faire des liens morts une chose du passé à l'avantage plus profond d'avoir un enregistrement de la vérité. Cette propriété d'immutabilité n'est pas vraie pour les opérateurs de cloud privé qui peuvent facilement modifier, perdre, supprimer ou supprimer l'accès aux données des utilisateurs. Ajoutez à ça la création de plusieurs honeypot de données, c'est-à-dire une grande concentration de données sur un seul système, pour attirer les hackeurs. Même des géants du web comme Target ont démontré une sécurité des données incroyablement inférieure aux normes avec des pirates informatiques utilisant des données de carte de crédit non cryptées aussi récemment qu'en 2015.
Comment le Metanet peut mieux protéger votre vie privée
À première vue, les données stockées sur une blockchain publique peuvent sembler beaucoup moins privées que les données stockées sur un cloud comme AWS (Amazon Web Services). Cependant, même si les données Bitcoin peuvent être lues par n'importe qui, des techniques simples peuvent être utilisées pour faire de la blockchain un endroit extrêmement privé et sécurisé pour le stockage de données. Les techniques de cryptage standard permettent de stocker les données de manière cryptée et privée. Les utilisateurs de Bitcoin peuvent également générer une nouvelle paire de clés publique et privée pour chaque transaction. Cela signifie que les divers composants de l'ensemble de données d'un individu peuvent être liés à des adresses distinctes qui ne peuvent pas être connectées à moins que cet individu ne fournisse un moyen de le faire. De nouvelles techniques sont constamment développées pour accroître la souveraineté des données. Prenons comme exemple les preuves à connaissance nulle. Initialement appliquées à la blockchain pour prouver des fonds suffisants pour le paiement sans révéler le total des fonds, ces preuves à connaissance nulle peuvent être utilisées pour exécuter des fonctions telles que prouver son âge sans exposer sa date de naissance!
Libérez vos données des réseaux sociaux
Le stockage de données sur la blockchaine peut servir de police d'assurance contre des entreprises puissantes comme Facebook, dont les taux d'approbation ont chuté en dessous de 50% dans un sondage de mars 2018. Même avec un public aigri sur les pratiques commerciales de Facebook, relativement peu de personnes ont quitté leur plate-forme. Pourquoi? Vos données sont retenues en otage: extraire vos amis, vos photos, vos statuts et tout le reste sur une autre plate-forme n'est pas faisable. Si ces données étaient stockées sur la blockchain, elles le seraient.
Twetch , une nouvelle startup similaire à Twitter, est basée sur Bitcoin. L'interface utilisateur est similaire, mais il existe deux différences majeures. La première différence est que toutes les données sont stockées sur la blockchain. Cela signifie qu'un utilisateur insatisfait pourrait conserver ses tweet si un concurrent émergeait. Il est même possible pour plusieurs entreprises de servir le même ensemble de données et de rivaliser sur la conception, les fonctionnalités ou le prix. Les techniques de cryptage pourraient également être utilisées pour autoriser sélectivement différentes plates-formes pour des éléments de contenu spécifiques. Twetch utilise également des micropaiements pour fournir une expérience utilisateur supérieure. En facturant quelques centimes pour les tweet, les suivis, les likes et les commentaires, le coût du spam de Twetch avec des faux comptes et des likes devient prohibitif, ce qui réduit le spam à zéro. De plus, étant donné que la majeure partie de ces paiements va au créateur de contenu, un twetcher populaire peut gagner de l'argent s'il produit du contenu apprécié par ses abonnés.
La plus grande base de données jamais créée
En fin de compte, nous nous attendons à ce que le stockage sur blockchain soit moins cher que l'utilisation de fournisseurs de services cloud comme AWS. Nous pensons que les économies de coûts et la souveraineté accrue des données conduiront à une migration massive vers des applications stockant des données sur la blockchain sur un horizon de 5 à 10 ans. Le stockage des données au même endroit conduit à d'autres gains d'efficacité difficiles à imaginer dans le paradigme actuel.
Nous nous attendons à ce qu'une efficacité similaire émerge parmi les applications. L'interopérabilité des applications devient beaucoup plus facile car les données sont stockées sur Bitcoin, ce qui permet aux innovations d'interfaces utilisateurs de proliférer. Les méthodes innovantes de distribution des données à partir de la plus grande base de données jamais créée proliféreront dans l'économie Bitcoin. Le PDG de Planaria Corp prédit que BitcoinSV sera la solution au problème mondial des données et il construit les outils pour débloquer cet avenir de données basé sur Bitcoin.
Faciliter la conformité en laissant les utilisateurs libres
Les lois européennes sur la confidentialité GDPR, la loi brésilienne LGPD et les lois californiennes sur la confidentialité des consommateurs peuvent être une réaction aux scandales Cambridge Analytica et Facebook, mais elles entraînent également d'énormes amendes et des coûts de conformité qui changent le paysage technologique, en particulier la façon dont les entreprises gèrent les données. Les entreprises doivent utilisent de nouvelles technologies de stockage pour empêcher les données de traverser les frontières afin de se conformer aux nouvelles lois.
Les entreprises qui offrent des tarifs plus compétitifs aux utilisateurs grâce à la blockchain mèneront à l'adoption de Bitcoin en tant que backend d'application public contrôlé par les utilisateurs. La possibilité de facturer de petits paiements plutôt que de monétiser les données personnelles est une autre aubaine pour les entreprises qui cherchent à réduire les coûts de conformité.
La deuxième naissance de Bitcoin
Aux débuts de Bitcoin, les paiements classiques ressemblaient à une industrie en retard sur le reste du monde, une cible facile pour innover via la blockchain. En refusant de se développer de manière agressive, Bitcoin (BTC) a laissé tomber sa chance en laissant la place à une nouvelle génération de startups fintech qui sont venues combler le vide. Mais les problèmes mondiaux liés aux données ne seront probablement pas résolus aussi facilement.
Les plus grandes entreprises du monde sont inextricablement liées à un modèle de revenus publicitaires basé sur les données. Sans Bitcoin, il n'y a aucun moyen pratique de résoudre ces problèmes fondamentaux. Bien que le rôle de Bitcoin dans l'augmentation de la souveraineté des données n'ait pas réussi à atteindre un large public à ce stade, son potentiel est clairement perçu par les entrepreneurs. Certains de ces entrepreneurs cherchent à utiliser Bitcoin depuis des années mais ont été contrariés par les caprices des développeurs du protocole de BTC. D'autres entrepreneurs ont trouvé la vision de BitcoinSV de la blockchain en tant que base de données mondiale beaucoup plus captivante que le concept d'or numérique de BTC. Ce qui unit tous ces entrepreneurs, c'est la conviction que Bitcoin à grande échelle changera la nature de la façon dont les individus traitent et interagissent avec leurs données.

Découvrez Twetch ou Baemail ou découvrez toutes les applications Bitcoin sur le MetaStore
submitted by zhell_ to BitcoinSVFrance [link] [comments]

Bitcoin est-il trop difficile à comprendre ?

J’ai passé une grande partie des trois dernières années à expliquer Bitcoin au grand public et la résistance la plus courante qu’on m’a opposée c’est que « Bitcoin est trop compliqué » et que « les masses ne comprendront jamais ».
C’est un argument valable. Bitcoin est compliqué et si vous voulez obtenir à une vision complète du panorama, il faudra d’abord connaitre l’Histoire de la monnaie puis comprendre le fonctionnement des réseaux peer-to-peer et de la cryptographie.
C’est pour cette raison que je trouve étrange d’entendre des amis affirmer que Bitcoin est « inévitable ». On semble croire qu’un jour le grand public comprendra soudainement les mérites de Bitcoin et l’adoptera par lui-même. Ce n’est certainement pas ce qui m’est arrivé. Pour comprendre Bitcoin j’ai dû passer des heures à lire des articles, des livres, à écouter des podcasts, à regarder des vidéos et à débattre des concepts sous-jacents sur des forums. Peut-être que si Andreas Antonopolous n’avait pas mis en ligne 500 vidéos ou que Nathaniel Popper n’avait pas écrit Digital Gold, je ferais aujourd’hui partie de ceux qui considèrent que Bitcoin est une escroquerie.
La croyance inverse c’est que Bitcoin est tout simplement trop compliqué pour que de simples mortels le comprennent, et que l’adoption de masse ne se produira que lorsque Bitcoin et le Lightning Network sont si simples que les grand-mères pourront l’utiliser. Dans The Gates of Bitcoin, John Carvalho appelle cela « l’erreur du rasoir de grand-mère » : la croyance qu’une culture élitiste doit envelopper tout nouvelle technologie pour « protéger » les gens d’eux-mêmes. Il souligne également : « Heureusement, les humains ont démontré leur capacité à comprendre n’importe quoi quand ils ont une motivation suffisante pour le faire. »
Nous avons vu cela se reproduire encore et encore dans les 11 ans d’histoire de Bitcoin. En 2011, Wikileaks a appris à utiliser Bitcoin très rapidement quand Visa, MasterCard, PayPal et Western Union ont suspendu ses comptes sous la pression du Sénat américain. Bien que Satoshi Nakamoto lui-même ait demandé à Wikileaks de NE PAS utiliser Bitcoin [NdT : pour ne pas attirer l’attention sur un projet qui lui semblait encore immature], Wikileaks l’a quand même fait et on estime que l’organisation a reçu environ 4000 BTC de dons. Non seulement ça a maintenu Wikileaks en vie malgré l’effort coordonné pour le tuer financièrement, mais ça lui a constitué un trésor qui lui permet de subsister aujourd’hui encore.
Un autre exemple, mon préféré, date de 2014. La Women’s Annex Foundation (WAF) en Afghanistan a utilisé Bitcoin pour payer ses membres pour leurs travaux de rédaction, de développement de logiciels et de montage vidéo. C’était sous le régime taliban et les femmes n’étaient pas autorisées à posséder des comptes bancaires, à gagner leur vie par elles-mêmes ou même à aller à l’école.
La motivation est une chose puissante. Quand c’est une question de vie ou de mort, les gens découvrent soudain qu’il n’est pas si difficile de télécharger une application mobile et de copier-coller une adresse. Bitcoin ne devient soudainement beaucoup plus simple.
Je veux revenir un peu plus sur la complexité de Bitcoin. Il y a des nuances à établir. Bitcoin est certainement difficile à comprendre, mais cela ne veut pas dire qu’il est difficile à utiliser. La plupart des gens peuvent conduire une voiture ou envoyer un email sans comprendre le moteur à combustion interne ou le protocole SMTP (Simple Mail Transfer Protocol). Et les deux sont sans doute considérés comme « trop compliqués » pour les masses.
L’idée même de « difficulté » peut être analysée. Je vais la décomposer en deux concepts : la difficulté technique et la difficulté perçue.
La difficulté technique est la compétence requise pour exécuter quelque chose, comme télécharger une application, conduire une voiture ou jouer du violon. Vous devez apprendre à utiliser l’outil. Les concepteurs peuvent (partiellement) réduire les compétences requises en créant des outils conviviaux, mais on ne peut s’en passer complètement. Pourtant, lorsque nous regardons le nombre de personnes qui peuvent conduire des voitures et utiliser les médias sociaux, nous voyons que des millions de gens, y compris des mamies, sont prêts à apprendre des opérations complexes si en échange ils peuvent se rendre au centre commercial ou débattre avec des anonymes sur Twitter.
La difficulté perçue est l’obstacle psychologique, c’est-à-dire la croyance que quelque chose est difficile. C’est quand on renonce à essayer de comprendre quelque chose parce que cela semble trop difficile. La difficulté perçue est omniprésente. Les gens prétendront qu’il est « trop difficile » de suivre un régime ou d’étudier pour un examen lorsque, même lorsque du point de vue de la difficulté technique, les choses sont faciles : Ne pas manger le gâteau, aller dans sa chambre et étudier. Le problème, ce sont les incitations. Les gens ne veulent pas étudier et veulent bouffer le gâteau. Les amener à changer de comportement n’a rien à voir avec la difficulté technique et tout à voir avec la motivation.
J’ai rencontré plusieurs fois ce type de difficultés dans Bitcoin. Les gens me disent souvent, par exemple, qu’ils ont acheté des bitcoins mais qu’ils les ont laissés sur un exchange. Et à chaque fois que j’expliquais que c’était une mauvaise idée [et que je leur suggérais de détenir eux-même leurs bitcoins], ils me répondaient : « C’est trop compliqué ». Cela m’a incité à écrire non pas un, mais deux articles. L’un pour expliquer pourquoi garder Bitcoin sur un exchange est une mauvaise idée, et l’autre pour expliquer comment configurer un portefeuille, en faisant aussi court et simple que possible. J’ai envoyé les deux articles à l’une de ces personnes. Finalement, elle a cédé, elle a téléchargé un wallet, sauvegardé sa phrase de récupération et a retiré ses bitcoins de l’exchange. « Ok, ce n’était pas si difficile », a-t-elle finalement convenu.
Avec Lightning, nous pourrions éventuellement être en mesure de réduire complètement la difficulté technique liée à l’utilisation de Bitcoin. Sur le Lightning Network, vous n’avez pas besoin de penser aux blocs, aux confirmations ou aux frais. À mesure que le réseau mûrit, vous n’aurez peut-être plus à vous soucier des canaux ou de leur capacité. Et avec des produits comme Strike, vous n’aurez peut-être même pas besoin de savoir que vous utilisez Lightning. L’ambition de Lightning est de fournir à terme une expérience utilisateur extrêmement simple tout en conservant la liberté et l’autonomie qui font l’intérêt et la réputation de Bitcoin. Mais même si cette situation était possible dès demain, la difficulté perçue resterait.
La bonne nouvelle est que la difficulté perçue est finalement une culture. Quand j’étais enfant, l’utilisation d’un ordinateur était considérée comme tellement ardue que vous aviez besoin d’un cours d’informatique pour être apte à en utiliser un. Aujourd’hui, vous êtes considéré comme fonctionnellement analphabète si vous ne pouvez pas utiliser un ordinateur à l’âge de dix ans. Mais les habitudes ne changent pas d’elles-mêmes. Nous devons être proactifs si nous voulons que Bitcoin devienne tout ce qu’il pourrait être pour ceux qui en ont besoin. Nous devons modifier sa perception et aligner les incitations.
submitted by PlasticQueasy6873 to u/PlasticQueasy6873 [link] [comments]

The amount of crypto news coverage Monero got from the Satoshi Nakamoto <-> Monero Outreach article is almost unprecedented

First, I'd like to state that the article was a stretch at absolute best. The connection is extremely limited, and apart from some new revelations in the Outreach article, the majority of the points have already been discussed to death with general consensus that Nakamoto knew about Ring Signatures and Stealth Addresses, but did not create Monero.
However, I will concede the absolute mass amount of attention the article and Monero Outreach's contributors have brought. Look at this:
The outreach even reached a very large number of foreign crypto press websites as well -- [1] [2] [3] [4] [5] [6] [7] [8] [9] [10] [11] [12] [13] [14] [15] [16]
Also honorable mention to Cointelegraph that called the Outreach article an April Fools prank.
submitted by OsrsNeedsF2P to Monero [link] [comments]

«Les blockchains ne passent pas à l'échelle» - vraiment?

Il y a une rhétorique dominante parmi les passionnés de monnaie numérique et les «personnalités» qui disent que «les blockchains ne passent pas à l'échelle» ou qu'elles ne le font pas bien. C'est cette rhétorique qui a convaincu un grand nombre de partisans de BTC à se rallier derrière le mantra "offchain" c'est-à-dire «en dehors de la blockchain». Année après année, nous voyons des conférences sur la blockchain discuter des merveilles de la technologie, et dans le même élan, elles déclarent que sortir les données de la chaîne est en quelque sorte une bonne chose.

Pour beaucoup de ces personnalités qui ont passé d'innombrables heures à lutter contre l'écriture des données sur la chaine, Bitcoin SV représente un adversaire qui remet en question toute leur philosophie. C'est pour cette raison que vous entendez des gens comme Adam Back déplorer les réussites atteintes par BSV; ce qui prouve leur hypocrisie un peu plus chaque jour.

Alors que les partisans de BTC estiment que seules les transactions monétaires devraient être écrites sur la blockchain (et que seules ces transactions sont précieuses), Bitcoin SV accueille toutes les données du monde, et les considèrent toutes comme précieuses. Vous ne pourriez pas avoir une opinion plus opposée sur un sujet.

Quelque part entre ces deux façons de penser opposées se trouve la multitude des altcoins, chacune se considérant digne d'enregistrer un certain type de données bien spécifique. Mais aucun autre projet n'englobe l'ensemble de toutes les données en leur accordant de la valeur.

La philosophie d'une blockchain n'est qu'une petite partie du puzzle. L'essentiel est que la philosophie soit entièrement soutenue par des prouesses techniques. De toute évidence, comme nous l'avons vu maintes et maintes fois, BSV continue d'exploser des records historiques en nombre de transactions.

Rien qu'en jetant un oeil aux métriques, BSV apparaît comme le roi de la technologie blockchain. Laissons de côté les promesses de capacités futures (surtout étant donné que l'écosystème blockchain est criblé de fausses promesses) - et concentrons-nous sur le classement actuel.

https://imgur.com/mcFSYat

Le graphique ci-dessus n'est pas basé sur des résultats théoriques de laboratoire. Il s'agit d'une métrique de ce qui a été démontré jusqu'à présent dans le monde réel, sur une blockchain publique, et en direct.

Techniquement, si vous ne regardez que les statistiques de la blockchain, BSV a enregistré plus de 3500 transactions par seconde (TPS). Cela s'est produit avec le record du monde de l'entreprise TAAL établissant un block de 309 Mo. Cependant, ce nombre a été intentionnellement omis du graphique car le traitement par TAAL n'a pas été effectué dans des circonstances habituelles.

Ensuite, il y a le réseau Bitcoin SV STN, qui est un réseau de test spécialement configuré pour tester l'évolutivité de Bitcoin. Celui-ci a récemment culminé à plus de 2400 TPS.

https://imgur.com/3bhqO5l

Mais comme le dit Daniel Connolly, développeur principal du logiciel Bitcoin SV Node, ce ne sont pas les performances de pointe, mais plutôt les performances soutenues qui sont importantes. Examiner les performances de pointe est une fausse mesure de la sécurité, que de nombreux projets utilisent frauduleusement. Mais même ainsi, sur le STN, BSV a atteint une performance soutenue de 1426 TPS pendant 8 heures. Un record.

Sans aucun doute, les opposants qui voient cela ne tarderont pas à sauter dans le train des «promesses». Oui, c’est vrai qu’Ethereum à une future version "Casper" qui prévoit d'augmenter son débit, et Cardano a des améliorations prévues aussi… mais et alors? Pensez-vous que les ingénieurs de nœuds BSV sont assis à se tourner les pouces en attendant? BSV a le projet Teranode en développement qui éclipsera les chiffres actuels avec des blocs de plusieurs TeraOctets. Mais ne nous laissons pas trop emporter par les promesses - je les méprise comme personne.

La philosophie de BSV de passer à l'échelle rapidement signifie que les nœuds ne sont pas des machines pour amateurs. Le refrain de BTC selon lequel «tout le monde a besoin de gérer son propre nœud» est un moyen sûr de s'assurer que votre blockchain ne passera jamais à l'échelle.

BSV est résolu à se retrouver dans des datacenters - et fidèle au livre blanc de Satoshi Nakamoto, il permet aux utilisateurs d'être de simples utilisateurs. BSV n'essaye pas de forcer les utilisateurs quotidiens à devoir tenir un registre de l'historique complet des transactions de la blockchain, comme ça semble être l'obsession de BTC. BSV souhaite que sa blockchain héberge le futur d'Internet, que nous avons baptisé le «Metanet». Personne aujourd'hui ne s'attend à ce que vous ayez l'intégralité d'Internet sur votre ordinateur à la maison, et Bitcoin ne s'attend pas non plus à ce que vous ayez l'intégralité du Metanet chez vous.

Les utilisateurs peuvent alors être de simples utilisateurs - et ils peuvent toujours fonctionner en toute sécurité à l'aide de preuves appelées "SPV". SPV signifie "Vérification de Paiement Simplifiée", c'est une méthode que Satoshi Nakamoto a décrite pour la première fois dans le livre blanc de Bitcoin. À l'échelle mondiale, les portefeuilles SPV sont une nécessité absolue. Le concept est simple, mais les détails de la méthode ont été omis par Satoshi, et l'entreprise nChain détient maintenant le brevet decette méthode. Cela garantit la protection de la technologie SPV au protocole Bitcoin original qui survit sous le nom BSV, et assure son avenir pour le passage à l'échelle.

Selon le directeur scientifique de nChain, le Dr Wright: «Les utilisateurs du système sont uniquement tenus de conserver une copie de l'en-tête des blocs auxquels ils peuvent comparer leurs transactions. À l'heure actuelle, l'en-tête d'un bloc a une taille inférieure à 50 Mo. De nombreux fichiers d'image dépassent cette taille. La croissance de ces données est linéaire, alors que le système Bitcoin évolue par la loi de Moore et donc de manière exponentielle.»

En d'autres termes, les portefeuilles Bitcoin de tous les jours, comme celui sur votre smartphone, resteront toujours utilisables quelle que soit la taille de la blockchain, et ce tout en restants sécurisés.

Et comme nChain détient le brevet de cette technologie, si une autre blockchain souhaite évoluer à l'échelle mondiale et éviter d'une manière ou d'une autre que chaque utilisateur doive faire tourner son propre serveur de noeud, elle devra trouver une nouvelle façon de le faire. On leur souhaite bonne chance.

BSV a avancé à pas de géant face à la concurrence, et il ne fait aucun doute que beaucoup d'entreprises dans le monde qui s'intéressent à la blockchain commencent à en prendre conscience. Il n'y a qu'un seul projet blockchain qui a non seulement prouvé sa volonté d'évoluer, mais qui l'a démontré par des records historiques, et a également protégé son avenir avec une série d'inventions et de brevets.

inspiré et traduit de l'article en anglais: https://coingeek.com/blockchains-dont-scale-except-bitcoin-sv/
submitted by zhell_ to BitcoinSVFrance [link] [comments]

What is Blockchain Technology?

What is Blockchain Technology?
The original article appeared here: https://www.securities.io/what-is-blockchain-technology/
Its been almost ten years since Satoshi Nakamoto first introduced Blockchain technology to the world in his 2008 Bitcoin Whitepaper. Since that time, these revolutionary networks have gained popularity in both the corporate and governmental sectors. This growth is easily explained when you consider that blockchain technology provides the world with some unique advantages that were previously unimaginable. Consequently, today, you can find blockchain technology in nearly every sector of the global economy.

What is Blockchain Technology?

A blockchain is a network of computers that share a distributed ledger across all network participants (nodes). This strategy is far different than say, fiat currencies that originate from a centralized authority figure. Importantly, this ledger keeps an unbroken chain of transactions since the birth of the network. This “chain” of transactions grows larger as new “blocks” of transactions are approved and added to it.
Bitcoin Whitepaper
In order to approve new transactions, each node works together with others to validate new blocks. Additionally, the nodes also validate the current state of the entire blockchain. In order for a new block of transactions to be added to the blockchain, they must receive approval from 51% of the network’s nodes. Nodes are also referred to as miners. In this manner, blockchain networks are decentralized networks that provide unmatched security to the world of digital assets.

Security via Decentralization

Decentralization is an important aspect of blockchain technology because it makes these revolutionary ledgers immutable and unalterable. In fact, since there is no centralized attack vector, hacking a blockchain is nearly impossible. The larger the blockchain network, the more secure the data on it remains.
For example, let’s look at the world’s largest blockchain, Bitcoin. Currently, the Bitcoin blockchain has over 10,000 active nodes located across the globe. This distribution means that in order for an attacker to alter even just one tiny piece of information on the blockchain, they would need to successfully hack 5,000+ computers at once.
While this task may not be impossible for the quantum computers of the future, it’s so unprofitable that it makes no sense to even attempt such a monumental task. Additionally, on top of successfully hacking 5000+ computers at once, an attacker would also need a supercomputer to recalculate the new blockchain transactions in time to introduce them into the network. It would literally be more affordable to create a new cryptocurrency from scratch.

Consensus Mechanisms

One of the reasons why blockchain networks are so secure is the integration of consensus mechanisms. Consensus mechanisms are cryptographic protocols that leverage the participants of a blockchain network in securing its data. In the case of Bitcoin, the Proof-of-Work (PoW) consensus mechanism is used.

Proof-of-Work (PoW)

The Proof-of-Work consensus mechanism was revolutionary to the world of cryptography when it was first introduced years prior by Adam Back in his Hashcash whitepaper. In the concept, Back describes the integration of a mathematical equation to the network’s security protocols. In this way, every computer can show “proof” of their work securing the network.

Miner Rewards

It’s important to understand that nodes receive a reward for their mining efforts. These rewards adjust automatically depending on the network’s difficulty and value. In the case of Bitcoin, miners originally received 50 Bitcoin for their efforts. Today, this seems like fortune, but back in 2009, Bitcoin was only worth pennies. As the value of the token rises and the network goes, the mining rewards shrink. Today, Bitcoin miners receive 6.5 BTC if they add the next block to the chain.

SHA-256

Notably, every node validates and secures the blockchain, but only one gets to add the next block of transactions to the network. To determine who the next miner is that gets to add this block, every computer competes in a mathematical race to figure out the PoW equation. In the case of Bitcoin, the equation is known as SHA-256. Importantly, the first SHA algorithm dates back to Hashcash. This early version of the equation was known as SHA-1.
Notably, the SHA-256 equation is so difficult that it’s easier and more efficient for your computer to just make random guesses rather than attempting to figure out the equation directly. The answer to the equation must begin with a predetermined amount of 0s. In the Bitcoin blockchain, the equation’s answer must start with four zeros. However, if the network’s congestion rises, so does the difficulty of these equations. This difficulty adjusts by the addition of another zero at the beginning of the required SHA-256 answer.
Similarly to traditional commodities such as gold, there are costs that are associated with the creation and introduction of these digital assets into the market. These random guesses utilize intense computational power. This power equates to real-world costs such as electricity bills. Studies have shown that securing the Bitcoin network can use more electricity than required by entire countries. Luckily, over 80% of Bitcoin’s power consumption comes from renewable sources such as solar or hydroelectric. This cost of mining also adds measurable value to each Bitcoin.

Miners

As Bitcoin began to gain in profitability, its network’s computing power expanded significantly. In the beginning, nodes, also known as miners, could mine for Bitcoin using nothing more than your home PC. Eventually, miners realized that graphic cards were far better at the repetitive guessing required to figure out the SHA-256 algorithm. This led to a computational race in the market.

ASIC

Eventually, large blockchain firms such as Bitmain introduced Application Specific Integrated Circuit (ASIC) miners into the equation. These purpose-built miners were thousands of times more efficient at guessing the SHA-256 algorithm than the GPUs and CPUs before them. Consequently, their introduction created a scenario in which the average miner now needed to invest thousands in mining equipment to stay relevant.

Mining Pools

Luckily, some creative minds in the field began to think of ways to level the playing field out again. They developed “mining pools.” A mining pool is a network of miners that all share computational power for the common goal of mining blockchain transactions. Importantly, mining pool participants receive a percentage of the reward based on their contributions to the network’s overall hash (computational power).
Importantly, over the last three years, there has been a push to move away from power-hungry consensus mechanisms such as PoW. This desire to secure blockchains in a more efficient manner has led to the development of some truly unique consensus mechanisms in the sector.

Proof-of-Stake (PoS)

The Proof-of-Stake mechanism does away with the difficult mathematical algorithms and instead utilizes a more psychological approach to securing the network. In a PoS blockchain, users don’t need to compete mathematically to add the next block to the blockchain. Instead, PoS users “stake” their coins via network wallets to secure the network. The way staking works is simple.
Keeping a certain amount of coins in your wallet allows you to participate in transaction validations. The more coins you stake, the more likely the chances are you get to add the next block of transactions to the network. In most PoS systems, a miner from those with the most tokens staked at the time receives the chance to add the blocks.
The advantages of a PoS consensus mechanism are immediately evident. For one, you don’t need to pour tons of resources into your network to keep it safe. Additionally, since nodes are chosen based on their amount of staked coins, there is never a scenario in which a node gains anything from validating incorrect transactions. Basically, a hacker would have to fully invest in the cryptocurrency prior to attacking the network. In this way, PoS systems create a huge deterrent to attackers.

The Future of Blockchain Technology

Blockchain technology has come a long way from its early days as a means to secure cryptocurrency networks. Today, blockchain technology has numerous uses across every type of industry imaginable. Specifically, blockchain programs have impacted the logistical, financial, and data security sectors in a major way.

Blockchain Technology Logistics

Blockchain logistical systems are more efficient and cost-effective to operate than traditional paper-based models. In fact, the immutable and unalterable nature of blockchain tech makes it ideally suited to logistical tasks. Soon, you may be able to ascertain much more information regarding the creation and delivery of your products thanks to these new-age systems emerging.

Fundraising

Blockchain technology has also altered the way in which businesses raise funds. In a traditional corporate crowdfunding strategy such as an IPO, companies must balance between cost-effectiveness and participation. The inability to process smaller transactions meant that for the longest time, companies had to turn away potential investors. Nowadays, blockchain technology enables businesses to easily automate these procedures via smart contracts.

Smart Contracts

Smart Contracts feature preprogrammed protocols that execute when they receive a certain amount of cryptocurrency sent to their address. These contracts live on the blockchain and enable remarkable functionality. For example, in the case of fundraising, a smart contract can automate processes such as the approval of investors and the distribution of funds.

Blockchain Technology Today

You can expect to see further expansion of the blockchain sector in the coming months as more governments and institutions explore its benefits. For now, the blockchain revolution is well underway.
submitted by BlockDotCo to u/BlockDotCo [link] [comments]

Issuing money by global central banks is a great opportunity for stablecoins," says Digital Gold Advisor Dr. Walter Tonetto

Issuing money by global central banks is a great opportunity for stablecoins,
Last week we talked with our adviser and CEO at Nusantara Trust Dr Walter Tonetto. He answered a number of questions that interest our customers.
How did you land in the cryptocurrency / blockchain space?
I was advising startup businesses in the technology space, and when 2016 came around, I asked Scotty, the feisty chief engineer of the U.S.S. Enterprise, to beam me into the heart of the finance system; I felt more and more the irresistible tug towards remodeling the current toxic financial system. Purposive remodeling, of course, is going on all the time, and it’s a knife that cuts into two directions. The vast majority of the ‘woke’ crowd actually believe that they can ‘disrupt’ the power of the elites that control all money flows. Bathing limestone statues – registering about 4 on the Mohs scale and 0 on the scale of reason -- of past leaders in district waters may give you a feeling of breathing the air of revolution and tiring unknown muscle-groups in your shanks, but think of it like a father watching his child toss around shovels of soil in a sandbox; he smiles benignly from afar, knowing it won’t change a thing; all the luxurious appointments at home won’t get touched. It is a grave illusion to suppose that by playing around with payment systems and technologies we will actually change the role and the emission of money. You may be permitted to become the shoe-shine boy in the royal household, but don’t think you will marry the princess and dilute the royal blood! But understanding the constitutive parts of power aggregation, and working over significant time-frames, allows for approaches and solutions; -- but these should come not from another adversarial position, thus merely marking a displacement of the incumbent, a change of guard, but from an authentic re-orientation, of making benefits much more widely possible and not creating monetary systems that are grossly imbalanced and highly destructive. That, and not building tech stacks, is the challenge!
What was your initial reaction to bitcoin?
Well, I was following the file-sharing service Napster since it started, around 1999 – when the U.S.S. Enterprise was sitting pier-side at Huntington Ingalls Newport shipyard, rusted and gutted, and to me the P2P sharing paradigm was always present in my mind, shining buffed and radiant, so even the centralized Napster was something wholly natural to me – Dr Sheldrake calls it morphic resonance. We live with a great deal of blurriness, though. On the one hand, we think of the virtues of sharing; on the other, there is a seemingly indefatigable impulse to control and dominate. Sean Parker, after founding and floundering with Napster, became a cocaine-snorting egotist and president of Facebook. Collecting money for a charity, he gets aggressive with people who do not follow suit. A control-freak in overdrive. Notwithstanding the technical variations, BTC, seemingly freeing us up from fiscal controls and yet showing our craving for money, exemplifies the flawed perception at the root of things. Monero, which sounds like a much faster, highoctane vehicle, a CV8-Z of the crypto-track, beats BTC in regard to privacy and fungibility, though BTC has advantages in other areas.
Which is a much more common trend nowadays?
It’s hard to make out the shapes of wild-life in the current kangaroo market we’re in. The bulls and bears have mauled one another, and the kangaroo, bereft of oxygen on account of wearing a tight mask, is hopping wildly everywhere. But clearly the possibilities of digital currencies became un-tethered via Bitcoin and the querulous and hidden Satoshi. I like to think of him more as an idea rather than as a person; an idea is generally more malleable and consequential. For instance, rather than laud the benefits of crypto for FX and cross-border payments, the possibilities of a central-bank issued digital currencyENCOMPASS THE POTENTIAL to inscribe new roles for programmable money; for how money is issued, how it is used, and what role custodial mechanisms (traditionally in the hand of commercial banks) might have. I see HUGE potential for private firms to enter the equation here, but we need more open-minded and intelligent regulators that do not always look for the rungs of the career-ladder in any move they make! A DAO could be most helpful here, but we are currently under the terror of algorithms that are not concerned with the welfare of the greatest number of people. If I had the time I would coauthor a book on this theme with a skilful mathematician (perhaps with my son, who is completing a Ph.D in near-term Quantum Algorithms).

In 2018 I was keynote speaker at the BlueWhale forum in Seoul, and I spoke about an Algorithm of Peace. I had a clutch of people approach me straight after the talk, some from Korea, others from the U.S., and ask me to develop my ideas in book form.
Where do you see the price of bitcoin going over the next few years?
I wouldn’t speculate, but since everyone is shilling it, it is bound to keep pushing north, occasional blockages otwithstanding. I always look for twists and incongruities in the usual narratives on offer. Many BTC fans talk about the unbanked, but BTC is held by what will become another elite in due course, and the unbanked will later be serving them the chilled drinks between innings, as usual.
Do you think that there’s a time for altcoins to break out and move away from the movements of bitcoin? What’s that tipping point that needs to take place?
I have some notions under which alt-coins can take the lead and leave bitcoin behind, but it’s too complex to explain the conditions for that to occur. Once very solid use-cases have been established with a clutch of alt-coins, bitcoin might begin quavering in his boots. That alt-coins should take BTC as a benchmark speaks volumes about the lack of maturity of this young and over-eager market. The fuzzy umbilical cord is always present like a foot-tangle; alt-coins must find their own ground, and clip the connection to a vagrant father. Finance needs clarity and not fuzziness. Keep in mind that many sovereign nations bridle at the calamitous influence of the US on payment systems, so nations are building their own messaging systems outside SWIFT, and their own securities exchanges are following. But remember: these are all crumbs: the U.S. can shut down payments to any recipient accounts by informing the payments company and doling out threats. And since all alt-coins and fiat currencies are connected to payment gateways in some form, the U.S. would have to begin reforming its archaic ACH structure to enable efficiencies in the financial pipes, which does not offer real-time payments functionality. This accounts for the relative simplicity (and success) of the PayPal business model (which Venmo and Dwolla later emulated without using credit cards). But understand that the elites will always protect the real crown jewels, and incite wars (or street battles and racial squabbles, as we’re witnessing in the U.S. in mid 2020) so that they can get away with major financial heists in broad daylight. It’s all smoke and mirrors, and scorched talons if you look closely: you cannot trust the reflection you will receive on a smoky pane. Only the big players know the predetermined outcome.
One fundamental misprision occurs amongst alt-coin apologetes: they fail to understand how markets move and what the designated role of money is in markets. Even if you want to displace something, you first need to understand exactly what you’re dealing with, but that is rarely the case. Yes, banks are structurally and constitutionally part of the problem, but no government will dare cross swords with them: there is still too much aggregated power. Ripple and Stellar are two Blockchains that are working with, and not against, banks, and that likely makes them much better candidates for wide acceptance.
What’s one must-read book you recommend to everyone?
That depends so very much on who’s sitting opposite me! I wouldn’t push what is not naturally aligned. But I would push a couple of films urgently, as essential viewing for everyone:
“Vaxxed: From Cover-Up to Catastrophe” (and a sequel), which profoundly shocked me, but confirmed my suspicions. Talking about books: one gets a good sense of the kind of books I would counsel people not to touch, unless an overweening impulse bade them otherwise. For instance Steve Pinker, a favourite author of Bill Gates. Pinker in Gates’ hands explains a lot about the character of the reader, the latter of whom I consider one of the most dangerous people on the planet at the moment. If we stay with Pinker for a moment, since he’s famous and fashionable (Harvard professor with a Medusa hairdo and an effete libertarian air, who in “Better Angels of Our Nature” has affirmed that man is not innately good), we note in his presentation in regard to his ineptly titled book “Enlightenment” that he falls prey to the very flaws he chastises, the classic Münchhausen trilemma (in Jakob Fries’ phrase). Picture Baron Münchhausen pulling himself out of quicksand by his own hair! That he is beholden to neoliberal befuddlement becomes clear when two of the opening images of his talk show Vladimir Putin with a rifle andDonald Trump speaking on a podium. The classic neoliberal Harvard think-tank shows reason to be failing and drowning in pious gestures to the cognoscenti and anointed. I like to look for effective counters for specious and shallow argument: for instance, Rupert Sheldrake’s “The Science Delusion” is a splendid book that bucks the Dawkins’, Pinkers and other materialists of this age. You see, if one listens to Pinker with the head alone, his pedestrian epistemology might not irk, and some ideas might appear plausible enough in a desultory encounter, but if you really want to know the meaning of things, and discover how it relates to the heart, you feel betrayed and given short shrift by him. Among the platitudes he gives out in carefully parsed syllables, the movement of his forehead and eyes betray the spirit behind the façade. Yet I always look, like Yeats, for those who “had changed their throats and had the throats of birds”!
What’s the rainbow trout of the year? Nut-like flavour, the eye still gleaming, with tender, flaky flesh? There are many books I could cite for different genres. The vast majority of modern writers, for all their accomplishments, lack genius, don’t really understand the art of writing, and so cannot hold my attention for long. For those who are open-minded and spiritual, “A Course in Miracles” cannot be bested, but don’t touch it unless you’re really willing to dive deep. There is no need to save the world, since it is nothing but projection; there is no world. You might experience the deepest sigh of relief, as if Atlas had cast off a burden after the Titanomachy. Paul Celan once remarked that “reality is not simply there, it must be sought for and won.” Snorkeling near the surface and blowing bubbles won’t cut it.
We are living in times of great manufactured unrest, which will only heighten in coming months and years, and so I would offer a guernsey to Seamus Heaney. I had met him many years ago, alas cursorily, at a symposium at Waseda University where I was working as a Gaikokujinkoshi, an Associate Professor, where another Nobel laureate, Kenzaburō Ōe and he were giving a reading. Heaney was inspired to write “The Grauballe Man” on the basis of the bog man that he had seen in a book of prehistoric times, but the troubles in Ulster were alive in him, too:
As if he had been poured in tar, he lies on a pillow of turf and seems to weep
the black river of himself. The grain of his wrists is like bog oak, the ball of his heel
like a basalt egg. His instep has shrunk cold as a swan’s foot or a wet swamp root.
Talking of Japan here, methinks, is an aculeate observation of Japan:
Cross the intersection at Shibuya Station in Tokyo on a forbidding wintry evening — touted as the world’s busiest cloverleaf — and you will feel this is Eliot’s London Bridge revisited, with quaggas (think half zebras) preserved in the tar of the five crossings; — flattened ebon bones dreaming the dreams of Pleistocene mammoths — as the mass of the dead mill past you, chasing some mirage, and often accompanied by a revenant that must have been disgorged from a Pachinko parlour. Blanched lilacs float in minarets of light beyond these bituminous quaggas, bidding the odd-toed ungulates in their psychotropic dernier cri and fuddy-duddies in theirstygian suits to sup here or buy over yonder: all tethered to their devices. One might be surprised that no cracks are forming at these arced crossings with strange requisitions folding into the hiemal air. And yet it is still more odd that so few people see this as a primped and pimped potter’s field, a graveyard for those who’ve lost their way. We’re living in an age where the multitude of the dead are pacing among us in perdurable trysts with other zombies.
The above text is from one of my unpublished works; again it speaks to me – and perhaps to you – about the quiddities of this age. There is a distinct sense of zombification taking place on the planet at the moment. Is your lineage that of Dolly, or are you magnificent and free?
Do you have any theories about who Satoshi is?
I don’t really, though I follow the haughty chit-chat at times, especially in the jejune forums LinkedIN provides. I think the person has a good reason to remain concealed (forever), but that is also a major factor why I have never fully trusted bitcoin as an investment proposition.
Keeping the provenance concealed suggests a number of things, none of them conducive to embracing bitcoin as a common form of payment.
What do you think about the prospects of gold in connection with the uncontrolled money printing by different Central Banks?
Gold is what BTC can never become, especially when its provenance remains totally unclear – as well as its likely endgame! Central Banks engage in quasi-criminal activity – and one hopes the future prudent regulator won’t be making it too difficult for people to hold gold bullion. The Perth Mint might be a splendid little dot on the global map, but beware of holding your assets in the form of gold coins: many governments will regard them as forms of payment, and may impose all manner of restrictions on the possession of it.
Let's dream a little. How stablecoins can be used after 5 years from now?
I believe the great RESET is coming – even Davos and the U.N. are alerting us to that. The Covid19 panic has been declared by more than 1500 German physicians as a “global Mafia-style deception”, and while Big Pharma and Bill Gates will likely earn trillions of dollars by the useless and potentially dangerous vaccines that will be foisted on “free” citizens, the finance system as a whole will need to be RESET. We are already receiving an inkling of how draconian and void of reason and concern for the people most governments of the world are reacting to a harmless lab-manufactured virus (virologist Prof Luc Montagnier, Nobel Laureate in medicine in 2008, said that), so it’s possible that regulators may become more tyrannical, and under some pretext or other forbid the use of alt-coins. STABLECOINS can be over-collateralized, allowing absorption of pricing fluctuations, but it will be hard to call. I believe many are bound to fail, and that even earlier, despite all their most valiant efforts: as soon as the RESET comes, which is likely to come with all manner of encumbrances. There are many reasons for the issuance of stablecoins, some having opposing views, but all are dependent on trust – and we don’tknow yet if digital currencies that governments will issue will by regulatory over-reach (including absurd compliance requirements) displace other contenders, but you can assume that the tyrannical forms of governance we are currently experiencing suggest that all kinds of skullduggery are possible.
Do you see the problem of fiat stablecoins in the fact that annual inflation constantly depreciates them? An investor who bought $1000 USDT now and sold these tokens in 10 years for $ 1000 will receive much less money.
The problem occurs if we’re converting things back into payment forms that are fundamentally flawed. Inflation and Black Swan events are the major threats to stablecoins, and tethered crypto-values to natively burdened propositions recalls my earlier idea that we have not yet cut the umbilical cord to bitcoin. On the other hand, stablecoins in their current flavour are perhaps best viewed as transitional schemata that will need later revisitation.
You are a very successful Crypto and ICO Advisor, what is the secret behind this success?
I’m not sure if I’m very successful, but I always try to shoot a straight ball. Here are two instances where my input has not been heeded in any way.
I recall one of the first ICOs I advised. I was sitting with the owner on a Telegram Channel, and after some power Q&A sessions online, we were literally hearing the millions of dollars tumble in neat digital hashes into the inbox within a couple of hours of the ICO opening. He had a bottle of Scotch on his table, and by the end of the session he had reached his hard cap and was besotted to boot! The age of digital money had placed the foolscap on his pate, but the script was no longer legible. I cannot determine if his sobriety ever returned. The prudential advice I had been giving him previously – and that we had discussed in great depth -- was over coming weeks thrown out of the window, and I assume other bottles of Scotch ended up on his desk and didn’t last long.
Here is another example. At one time a well-known ambitious individual in the U.S. cryptospace, a young lawyer, asked me if I wanted to start a crypto compliance organisation with him.
When I think of him now and the feathery assistants he congregated around him, I think of the lines in Dickens’s “Bleak House”: “Mr. Tangle’s learned friends, each armed with a little summary of eighteen hundred sheets, bob up like eighteen hammers in a pianoforte, make eighteen bows, and drop into their eighteen places of obscurity.”
Simply to continue serving wine from the same sour vats won’t do. I saw that as a prospective idea, and offered some important advice to get the ball rolling. Soon we had recruited many eager beavers to the exercise, and there was talk of it becoming an influential body. I was naïve enough to assume at the time that my co-founder, a black college asketballer with body tattoos who had a write-up in a major paper on account of his ambition and aggression, was actually interested in asking some fundamental revisionary questions about compliance in relation to the freedom of the citizen. When I suggested we don’t just copy the traditional compliance template and rather probe more deeply, he became insolent and very aggressive. That confirmed my instinct that most ambitious players in the crypto-space are actually dyed-in-the-wool bourgeois, and don’t care about improving the system itself.
What is your advice for upcoming Crypto startups and investors?
You might know the technology well, but do you know the business? Does it really deeply address, even solve, a problem? How much life experience do you have, and how well do you know the market? Can you create a market for your product or services? If yes, how will you do that? Have you only got yes-men around you, or are you willing to listen to those who speak Tacheles to you? If you’ve come to water the plant of your ego, your business will flounder. Most achievers keep their ego initially in check, and get the work done.
For investors the answer I would give is rather complex, but here’s a brief response: often the mandate of investors is very narrowly girded, and they trust their old boy networks, and rarely venture out and follow their instincts. That is foolish, and also the recipe for a dull life.
Perhaps a general observation that everybody might ponder with profit is the idea that we know really so very little of the world; that the news and information we are are offered and digest, even when it is tendered by so-called ‘experts’, is often seriously ignorant. It seems our perspective is getting narrower all the time, as if our mind is shrinking and we block out knowledge.
Let me give another current reference point. In 2020 everyone is fearful of viruses. Viruses currently have a bad rap! We have no idea what they actually are. We are always hobbling around with our fearful partisan gaze, and what is good today becomes bad tomorrow. Yet viruses are adroit and malleable messengers of inter-species DNA, in some sense regulating vast populations of organisms. Think of them as cellular simpletons: mere protein shells with few genes, but endowed with the ability to replicate easily despite their paucity of genetic instructions! They form alliances, you might say, with other forms of life. And they are deeply mysterious to our acquisitive and ignorant segmenting intelligence: how can the papillomavirus cause horns to grow on rabbits; and at the same time cause hundreds of thousands of cases of cervical cancer every year? Is one good and the other bad? It would seem so. Such simple summary, like Pinker’s reductionist view of the world, might becalm for a moment, but does not offer lasting satisfactions. To read the world along the axes of like and dislike, as the Buddha had warned us, leads to great suffering.
I’m told by someone who met Bill Gates a long time ago that the man was apparently even then obsessively fearful of viruses (imagine a pendant to Lady Macbeth, continually cleansing his hands). But do we have any clue what viruses actually are, and how they benefit us all in so many incalculable ways? When the child crawls around, it picks up antigens (bacteria and viruses) and on that basis builds its immune system. At various points of that contact and exchange new forms grow, and other forms decay and die. Like CO2, viruses are suddenly declared dangerous and that we need to shield ourselves against them. Yet how many people know that marine phages rule the world, and rule the sea? This was not discovered until 1986. An electron microscope showed that every litre of seawater contained up to one hundred billion viruses, almost as much in dollars as BillGates expects to make off vaccines in 2020. If you put these viruses end to end, they would stretch out forty-two million light-years! Viruses offer stunning genetic variety, and they are the very pulse of life! When viruses swallow oceanic microbes, they release a billion tons of carbon every day: imagine squalls of marine snowfalls, powdering the porous sand of the deep. Imagine the white nights of St Petersburg under water, celebrating the magic of life with the same skill and abandon as the Mariinsky Theatre, to an audience of gastropods, deep-water fish and lovelorn mermaids.
Seamus Heaney, when he passed in 2013, spoke the word Noli timere (“Do not fear”) to his wife as he breathed his last. Instead of being fearful, we might do well to assert that we understand nothing of the manifold wonders of this world! Let us cultivate the virtue of wonderment, and fear will find no habitation in our house:
And lonely as it is that loneliness Will be more lonely ere it will be less— A blanker whiteness of benighted snow With no expression, nothing to express.
They cannot scare me with their empty spaces Between stars—on stars where no human race is. I have it in me so much nearer home To scare myself with my own desert places.
Website : https://gold.storage/ Whitepaper: https://gold.storage/wp.pdf
Follow us on social media: Twitter: https://twitter.com/gold_erc20 Telegram: https://t.me/digitalgoldcoin Steemit: https://steemit.com/@digitalgoldcoin Reddit: https://www.reddit.com/golderc20/ Bitcointalk: https://bitcointalk.org/index.php?topic=5161544
submitted by digitalgoldcoin to golderc20 [link] [comments]

White Paper, Miner, Pizza … | "Old Objects" in the Cryptocurrency Museum

White Paper, Miner, Pizza … |
https://preview.redd.it/giu1ssilga151.jpg?width=900&format=pjpg&auto=webp&s=41510785ccdc0d99544ec74229f62427d1c0ce3e
Museum has played the role of a time recorder. Talking about bitcoin, more than ten years has passed since the creation of it. Although it is uncomparable to the stock market with a hundred years of history, during the ten years, in the different stages of the development of bitcoin and blockchain have continuously poured in geeks, miners, speculators, newbies, leaving keywords such as sudden rich, myth, scam, belief, revolution, etc.
There are also many “old objects” with stories in the “Museum” of the cryptocurrency realm. On Museum Day, let ’s review the stories brought by these “old objects”.
The First Digital Currency White Paper — Bitcoin White Paper
On Oct. 31, 2008, Satoshi Nakamoto released the Bitcoin white paper — A Peer-to-Peer Electronic Cash System in the cryptographic mail group where he belongs, and Bitcoin was born since then.
A white paper is a document that explains the purpose and technology used in cryptocurrency. Usually a cryptocurrency uses the white paper to help people understand what it provides, and it is also an important information channel for investors to understand a project. Therefore, the level of the white paper affects people’s confidence towards the coin.
In a word, in the cryptocurrency and blockchain industry, the value of a white paper is equivalent to that of a standard financing speech. The white paper plays a vital role in this emerging market.
The First Public Bitcoin-Physical Transaction — Pizza
Since Satoshi Nakamoto mined the Bitcoin genesis block on January 3, 2009, Bitcoin has only been spread among the small crowd and has not realized its value.
Not until May 22, 2010, Bitcoin enthusiast “Laszlo Hanyecz” bought a pizza coupon worth $25 with 10,000 bitcoins. This is the first public bitcoin-physical transaction. Bitcoin has its price with 0.3 cents per bitcoin.


This day has also become the famous “Bitcoin Pizza Day” in Bitcoin history. Bitcoin as the imagination of the financial system has more practical significance. The tenth anniversary is coming. How will you commemorate it? Will you buy a pizza?
The First Digital Asset Exchange — Bitcoinmarket.com
After the birth of Bitcoin, in addition to mining, the only way to get Bitcoin in the early days was to conduct transactions on forums or IRC (commonly known as Internet Relay Chat). However, this method involves both long transaction time and great security risk.
In March 2010, the first digital asset exchange — Bitcoinmarket.com launched. However, due to lack of liquidity and transaction depth, it disappeared soon after its establishment, but Bitcoinmarket.com opened the era of the operation of the cryptocurrency realm exchange 1.0.


On June 9, 2011, China’s first Bitcoin exchange — Bitcoin China (BTCChina) launched. Its founder, Yang Linke, translated Bitcoin into Chinese “比特币” for the first time. In 2013, China’s bitcoin trading entered the golden age, and exchanges sprung up. China monopolized more than 90% of the world’s bitcoin transactions. Now, if the top three exchanges Binance, Huobi Global, OKEx are the Exchange 2.0, then the index exchange represented by 58COIN called the 3.0 version, leading the trend.
The First Generation of High-Performance Miner — ASIC Miner
When Satoshi Nakamoto created Bitcoin, the only way to get it is to use computers (including home computers) to mine, mainly relying on the CPU to calculate. However, as the value of digital currencies such as Bitcoin has become higher and higher, mining has become an industry with the competition is getting fiercer, accompanied by increasing difficulty of mining. Therefore, hardware performance competition starts.
In July 2012, the genius Jiang Xinyu (Internet nickname is “Friedcat”) from the junior class of the University of Science and Technology declared at the forum that he could make ASIC miners (chips). As far as mining computing power is concerned, ASICs can be tens of thousands or more higher than the same-generation CPUs and GPUs.
At the beginning of 2013, Zhang Nanqian (Pumpkin Zhang), a suspended doctoral student from the Beijing University of Aeronautics and Astronautics, developed the ASIC miner and named it “Avalon”.


In June 2013, the Friedcat’s miner USB was finally released, and it maintained 20% of the computing power of the entire network.
At the end of 2013, Wu Jihan, used the tens of millions yuan earned from Friedcat through investment, worked together with Jenke group, to develop the Antminer S1. Since then, the miner manufacturer Bitmain began to enter the stage of history.
It is no exaggeration to say that Friedcat and Zhang Nangeng have opened the domestic “mining” era.
The Birthplace of China’s Bitcoin — Garage Coffee
It is not only the “old objects” that record history, but also a place that everyone in the cryptocurrency realm aspires to.
Guo Hongcai once said, “Without no The Garage Café, there will be no cryptocurrency realm today. Since it is a very mysterious place that all waves of people from the café joint together to create today’s digital asset industry.

▲ In March 2013, American student Jake Smith successfully purchased a cup of coffee at The Garage Café with 0.131 bitcoins. This move attracted the attention of CCTV, and it conducted an interview.
Indeed, The Garage Café is the world ’s first entrepreneurial-themed coffee shop. It has been legendary since its establishment in 2011. The Garage Cafét is not only the core coordinate on China’s Bitcoin map, but also the birthplace of the Chinese cryptocurrency circle, where digital asset realm tycoons including Guo Hongcai, Zhao Dong, Li Xiaolai, Li Lin have made their ways.
The development of digital currency is only 11 years old. Through these “old objects”, we review the various stories of this wave of technology together, hoping to help you understand the development process of the digital currency field. Meanwhile, I also remind all practitioners to use history as a mirror and forge ahead.
Website: https://www.58ex.com/
Twitter: https://twitter.com/58_coin
Facebook: https://www.facebook.com/coin.58COIN
Telegram: https://t.me/official58
Medium: https://medium.com/@58coin_blog/
submitted by 58CoinExchange to u/58CoinExchange [link] [comments]

Why i still hold my Bitcoin after losing around 1.9 Million Dollars

Throwaway for obvious reasons.
I accumulated Bitcoin from early 2013 till 2017 and all bought and traded around to 100 Bitcoins.
Did a lot of Crypto Trading in that timeframe, specially on btc-e.com, a Russian crypto gambling and trading site which was seized by the US Government.
Thankfully I had a good nose and traded all LTC I bought there to BTC and send it to myself 2 weeks before the site was shut down. At the time that was around 17 Bitcoins. Never leave your coins in an exchange.
Then 2017 came and i was a financial idiot at the time. Well after trading some more real money for some Coins I had a + of 2.350 Million Dollars.
And I didn’t sell anything but my investment of around 90k.
Now I think It was a stupid move. One of my main causes then was the Tax money I owned in some trades and I would have payed around 400k+ in Taxes which I would have liked to avoid. Maybe you can guess the country. Still – it was retarded and I know it. On the other hand, If I always had done everything from the book I would have never had such an uprising.
It also was the 5th or 6th time I had witnessed a crash. Same business as usual I thought, money can get blurry even if it´s in this magnitude.
Well, to now. January of 2019. I still have around 400.000 Dollars in Crypto, payed my taxes I owned form Crypto and iam very fortuned in life in general, so I guess I don´t mind as much as I should.
Now why do I still hold?
After seeing the manpower that was poured into Bitcoin and Blockchain development, the Education that was offered and the overall praise of Bitcoin in general – I want to hold.
I believe with the next halving in May 2020, the real Bullrun will come if the Stars align. When some form of governmental recognition and an easy to use application for buying is in place till then, we will see a hopefully meteoric rise. If average joe can buy Bitcoin easy with an App and the Media picks up the hype.
On the other hand, maybe the damage is done and no one cares anymore. But Bitcoin is still the same it was one or two or ten years ago.
Nothing changed, it just got better.
Just my story, you can make of it what you like.

-EDIT-

I didn´t expect to log on this account anymore but damn, you guys are amazing. Thanks for the mature and kinds words.
And thanks for the 6000 Satoshis, you guys are crazy.
submitted by bitcoin234142 to Bitcoin [link] [comments]

1000 satoshi every 10 min (CoinPot tactic) FREE SATOSHI (BITCOIN) EPISODE # 05 - YouTube Satoshi to USD, Bitcoin BTC to USD Satoshi's Secret slot machine. A bitcoin designed slot machine game. SATOSHI NAKAMOTO VEND SES BITCOIN DE 2009 !

4,171 days ago in 2009, Satoshi Nakamoto invoked the Bitcoin network after sharing the white paper with people since Halloween 2008. Just recently, it has been discovered that Nakamoto leveraged a ... Faucet Crypto. Faucet Crypto permet de gagner des satoshi (Bitcoin) mais également 27 autres crypto-monnaies.Pour chaque crypto-monnaie il y a un faucet. Attention, la première utilisation peut paraître complexe vu que chaque faucet nous affiche 3 pages de publicités dans lesquelles il faut réussir à trouver son chemin ce qui n'est pas évident au début. What is a satoshi? Each bitcoin (1 BTC) can have a fractional part of up to 8 digits so 1 bitcoin can be divided into 100 000 000 units. Each of these bitcoin units (0.00000001 BTC) is called a satoshi. A satoshi is the smallest unit in a bitcoin. This unit is named after Satoshi Nakamoto – the alias of the bitcoin creator. 1 Satoshi = 0.00000001 ฿ 10 Satoshi = 0.00000010 ฿ 100 Satoshi = 0.00000100 ฿ = 1 Bit / μBTC (you-bit) 1,000 Satoshi = 0.00001000 ฿ 10,000 Satoshi Un Satoshi est la plus petite unité de Bitcoin, chaque Bitcoin est divisible à la 8ème décimale, de sorte que chaque Bitcoin peut être divisé en 100.000.000 unités. Chaque unité de bitcoin, ou 0.00000001 bitcoin, est un Satoshi.

[index] [1563] [5840] [573] [6926] [3093] [1817] [4547] [3454] [347] [7073]

1000 satoshi every 10 min (CoinPot tactic)

2 Sites pour Gagner des Bitcoin Sans rien faire 👍💸💵👍 - Duration: 9:41. GHILES-TUTO MAX 11,921 views. 9:41. Won 2000 satoshi (bitcoin) per hour on 30bitcoin.co - Duration: 7:05. Please use this referral link https://faucetpay.io/?r=10109 The best bitcoin faucet for instant payout, in this video we discuss about how to collect free bi... Altcoin Trading Pairs - USD vs Tether vs Bitcoin/Satoshi Value Clearly Explained - Duration: 6:13. Nugget's News 16,963 views. 6:13. GM Nihal Sarin (India) - GM Alireza Firouza (Iran) Blitz. Moscow. Voila une machine à sous avec un design basé sur le thème des Bitcoins et de Satoshi Nakamoto, le mysterieux inventeur de cette crypto monnaie. Le nom exact ... Multiplier autoroll settings General Maximum no. of rolls (Leave blank for unlimited) Pause between rolls AutoRoll stop when profit reaches 100000 tokens Stop AutoRoll when loss reaches 100000 ...

http://arab.newideamining.website